La Fièvre des échecs

Le jeu d’échecs a toujours inspiré le cinéma. Un des premiers films réalisé autour de la thématique du jeu d’échecs fut La Fièvre des échecs, de Vsevolod Pudovkin, tourné durant le tournoi de Moscou de 1925. Mais l’apparition des échecs la plus ancienne est sans doute dans cette courte saynète Chess Dispute, film britannique réalisé par Robert William Paul en 1903 qui utilisa pour la première fois au cinéma le hors-champ.

« Quel rapport entre Will Smith, Patrick Bruel, Jude Law, Yves Montand ? Des acteurs ? Non, des joueurs d’échecs, écrivait Stéphane Escafre dans la revue « Échec et mat » N° 86 de 2006. L’histoire d’amour passionnée que les échecs et le cinéma entretiennent est plus que centenaire. Entre La Dispute et X-Men 3, plus de deux mille films évoquent les échecs. » La suite de l’article …

Quel est ce jeu ?

échecs perse
Encre et gouache, rehauts d’or sur papier 34.5 sur 22.3 cm, estimé à 4 000 € par Sotheby’s.

Page enluminée d’un manuscrit démembré datant de 1666, illustré par l’artiste perse Safavide Mu’in Musavvir. Un émissaire indien à la cour d’Anushirvan offrira un tribu à quiconque découvrira comment jouer à ce jeu venu de l’Inde : les échecs.

Un roi venu d’Égypte

roi Egypte échecs
Roi ou reine en ivoire 3 cm, Egypte ou Irak Xe-XIe siècle

Toujours difficile de différencier le roi ou la reine dans ces époques médiévales. Cette pièce étant isolée, il n’est pas possible de dire s’il s’agit d’un roi ou d’un vizir, la dénomination ancienne de notre reine moderne, la forme de ces deux figures étant identique. Jusqu’au Xe siècle, seule la taille les différenciait au sein d’un même jeu.

Cette pièce, malgré sa stylisation islamique, semble garder quelque chose de sa splendeur indienne. L’arrière, plus élevé, représente le roi sur son palanquin porté par un éléphant dont on reconnaît les défenses réduites à deux petites excroissances latérales. Les arabesques allongées à l’avant et au dos pourraient symboliser la trompe et la queue de l’animal.

Table (d’échecs) périodique

Mendeleïev échecs

Mendeleïev échecs

Le chimiste russe Dmitri Ivanovitch Mendeleïev, à gauche, créateur du célèbre tableau périodique, joue avec le peintre Arkhip Ivanovitch Kouïndji , observé par sa seconde épouse, Anna. Cette photo fut publié dans le journal Nuevo Mundo en juillet 1910, bien que le cliché date de 1882.

Pour la petite histoire, notre brave Dimitri, à l’âge de 42 ans, marié et père de trois enfants, fait l’expérience d’une toute autre chimie, celle des amours. Il tombe amoureux d’une jeune étudiante de 17 ans, Anna Popova. Sa passion contrariée, au bord du suicide, le Tsar Alexandre II intervient pour abréger la longue période d’attente de 7 ans après un divorce avant de pouvoir se remarier, s’excusant de cette entorse aux bonnes mœurs : « Mendeleïev a peut-être 2 femmes, mais moi, je n’ai qu’un Mendeleïev ».

Le jeu d'Échecs et ses rapports avec les arts, les sciences humaines, la politique, le quotidien…