Insomnie

Goodnight Mr. Bean est le treizième épisode de la série télévisée britannique Mr. Bean, créée par Rowan Atkinson et Richard Curtis, diffusée de janvier 1990 à décembre 1995 sur le réseau ITV. Elle met en scène le personnage de Mr Bean, créé par Rowan Atkinson alors qu’il était à l’université. Il s’agit, comme le décrit son créateur, d’un « enfant dans le corps d’un adulte » pour qui tout événement de la vie de tous les jours devient une source d’ennuis et prend parfois des proportions insoupçonnées. Il se caractérise également par sa tendance à trouver une solution totalement improbable à ses problèmes. Les treize épisodes d’une demi-heure, produits par Tiger Aspect, la compagnie d’Atkinson, furent vendus dans 94 pays. Aux Etats-Unis, Mr. Bean sauva, grâce à ses taux d’audience records, la chaîne publique PBS. Belle revanche pour cet artiste dont les débuts de Rowan Atkinson ne furent pourtant pas couronnés de succès : un one-man-show, qu’il monta à Broadway en 1986, avait été interrompu par manque de spectateur.

Carnets de voyage

Les superbes calligraphies et dessins de José Naranja.

« Il était une fois un si bon joueur d’échecs qu’il perdait toutes ses parties. Son esprit brillant pouvait anticiper de nombreux coups de ses rivaux. Mais son corps était si rempli d’inquiétude qu’à la fin, il abandonnait, ne considérant que les coups gagnants de ses adversaires. Il jouait quelques coups, puis abandonnait. Toujours de la même façon. Non seulement, il ne gagna jamais une partie, mais il ne sut jamais apprécier le jeu.

Comme dans la vraie vie, s’inquiéter trop et ne voir que le pire, paralyse. Nous devons laisser la vie s’écouler librement. »

José Naranja, ingénieur aéronautique madrilène, a une passion pour les voyages qu’il consigna tout d’abord dans de légendaires carnets de moleskine. Comme les autres voyageurs, Naranja y collectionne timbres et autres éléments des pays visités, mais les accompagnant d’une calligraphie exquise, d’une décoration et d’une illustration riches de superbes détails colorés, les transformant en de véritables œuvres d’art.

Au fil du temps, Naranja perfectionna son travail, fabriquant désormais ses propres cahiers, en choisissant les papiers qui répondent le mieux à ses idées et en expérimentant sans cesse avec des encres, des stylos et des pinceaux. Cuadernear* est le néologisme que Naranja a inventé pour décrire son activité.

* Cuaderno : carnet en castillan.

Cavalier ou Tour ?

échecs tour bargello
Tour, scandinavie XIVe siècle, 7,5 cm – Florence, Museo Nazionale del Bargello,
Gothic Ivories Project

Cette pièce en ivoire de morse, sans doute une tour,  peut-être un cavalier, représente un chevalier en armure à cheval, un soldat avec un bâton et un bouclier et deux soldats avec des boucliers. Mentionnée pour la première fois dans le catalogue de 1826 pour la première exposition d’antiquaires à Lyon : « Pièce d’échecs, anciens guerriers français, de travail extrêmement barbare ».

Skye Chess Piece

Skye Chess Piece
Tour : The ‘Skye Chess Piece’ – Gothic Ivories Project

Cette pièce (une tour), connue comme The Skye* Chess Piece, représente deux hommes à pied, dos à dos et en armures, regardant au travers d’un scrollwork (décoration composée de lignes ou de motifs en spirale). La demi-fleur de lis sur l’un des boucliers a un aspect résolument nord-européen, voire scandinave, mais les armes ont défié l’identification jusqu’à présent. L’héraldique et la forme du bouclier date la pièce vers le milieu du XIIIe siècle.

pièces échecs tour médiévale
Tour en ivoire de morse, Europe du Nord vers I250 – National Museum of Antiquities of Scotland

Le roc oriental (le chariot) peut se retrouver sur la vue de face de cette pièce rectangulaire et le V du scrollwork évoque l’encoche de la pièce islamique.

Le chariot, l’ancêtre de la tour des terres islamiques occidentales – Metropolitan Museum of Art

* Skye est une île montagneuse dans les Hébrides intérieures

La reine des tourbières

Reine en ivoire de morse, 73 mm, Scandinavie XIIIe – Dublin, National Museum of Ireland, Gothic Ivories Project

La reine est assise sur son trône comme ses consœur de l‘Île de Lewis, avec cette attitude particulière et énigmatique de la main contre le visage. Que peut-elle exprimer : le chagrin, le désespoir, la patience, le calcul, la désapprobation ou la surprise ?

Elle aurait été trouvée dans une tourbière dans le comté de Meath avec plusieurs autres pièces vers 1817 et fut acquise par la Royal Irish Academy dans le cadre de la collection de George Petrie en 1866. Si d’autres pièces ont effectivement été trouvées, elles sont aujourd’hui inconnues.

L’attaque du château

Tour en ivoire 13,5 cm XII e – Douai, Musée de la Chartreuse, Gothic Ivories Project

Cette superbe tour, finement ciselée, est sans doute d’origine anglaise. Le jeu d’échecs, au Moyen-Âge, était la parfaite image de la vie médiévale avec ces jeux de cour raffinés, mais aussi sa violence guerrière. La forme conique qui couronne la pièce d’échecs est constituée d’un morceau d’ivoire différent.

De par sa taille, cette pièce n’était peut-être pas une pièce à jouer mais de prestige « objet de thésaurisation, luxueux présents ou butins d’origine lointaine, n’impliquant en rien la pratique du jeu par leur possesseurs.* » Des « jeux pour ne pas jouer », selon la jolie formule de Michel Pastoureau.

* Luc Bourgois, Pièces de jeu et milieu aristocratique dans le Centre-Ouest de la France (Xe-XIIe siècles), Aquitania XVIII 2001-2002

Le jeu d'Échecs et ses rapports avec les arts, les sciences humaines, la politique, le quotidien…