Archives de catégorie : Télé-Échecs

La Guerre des échecs

À l’époque où l’URSS régnait sur une moitié du monde et faisait trembler l’autre, certains « camarades » ont été chargés de mener une guerre particulière. Pendant quarante ans, ces combattants singuliers ont affronté le reste de la planète sur un territoire de quelques centimètres carrés. Le film raconte une de ces batailles, la plus féroce peut-être, qui opposa à en 1972 Boris Spassky et l’Américain Bobby Fischer. « La Guerre des échecs » est une histoire de sport, de propagande, de politique. Et aussi l’histoire d’un jeu millénaire fait d’intelligence et de férocité.

Un film de Valéry Gaillard 2002, Les Films d’ici.

Red Bull donne des ailes

Hikaru Nakamura a signé un contrat de sponsoring avec Red Bull, l’une des marques mondiales les plus connues. Très active en matière de sponsoring et de marketing, l’entreprise est aujourd’hui associée à près de 500 athlètes et quelque 600 manifestations sportives. La société autrichienne de boisson a parrainé certains des athlètes les plus audacieux y compris le parachutiste Felix Baumgartner qui fit un saut 128,100 pieds.
Red Bull

« Je pense que travailler avec Red Bull pourra donner aux Échecs plus d’expositions ; c’est une première étape dans l’évolution de son image ».

Viagra-Chess

Le noble jeu des Échecs serait-il aphrodisiaque ? Il semblerait, puisque le laboratoire Pfizer l’utilise pour vanter les mérites de son produit : « Profitez de nouveau de ce que vous aimez le mieux ».viagra

Ce n’est pas la première fois que cette entreprise l’utilise. En 2002, une publicité indienne met en scène deux vieillards. Le perdant chantonne un irritant sssssssssss qui oblige son adversaire à filer aux toilettes. Le malicieux saisit cette occasion pour tricher. En tout cas, pour ce laboratoire, les Échecs ne sont point un sport cérébral, puisque tout semble se passer en dessous de la ceinture !

Sfr : Les Échecs

En 1996, le téléphone mobile n’était pas encore ce prolongement naturel de la main humaine. Coûteux et encore réservé à une élite, SFR utilise une fois de plus l’image chicos et snobinarde de notre jeu pour vendre leurs produits. Image fausse, bien sûr, mais qui fait sans doute du mal à la démocratisation des Échecs.

Système D

Anthologie du système D : Échecs de voyage, 29 juin 1969.

Extrait d’Ouvrir les yeux : les inattendus de la vie quotidienne de l’heureux temps de l’ORTF. Monsieur Chelles a mis au point un jeu d’Échecs de voyage : les pièces, dessinées sur des pastilles, sont retenues par des fils en nylon sur un petit plateau cartonné de format poche. L’interview et la démonstration du brave Monsieur Chelles sont complétées par les images d’une partie contre son épouse qui, manifestement, n’a jamais touché une pièce de toute sa vie, sinon pour les dépoussiérer. Une vidéo qui fleure bon la naïveté d’antan !

Bob et Bobby

Le 5 octobre 1972, Robert James Fischer, un mois et quatre jours après son sacre à Reykjavik, passa à l’émission de télévision de Bob Hope et fut salué comme ce qu’il était : le nouveau héros du rêve américain. On y découvre un Bobby sachant encore rire de lui, loin du barbu hirsute et échevelé, éructant sa haine contre son pays et les Juifs.

The Bob Hope Special television show. Traduction de Philippe Laplace.

HOPE. — Ladies and gentlemen since the time is about to expire, I’m declaring myself the winner, which I’ve just done by laying down my opponent’s king. This symbolically says ‘The king is dead !’
FISCHER. — Not yet, he isn’t!
HOPE. — You are too late. I’m the new champ !
FISCHER. — Oh, you are funny !
HOPE. — Ok, I’ll give you a break, I’ll let you lose gracefully.
FISCHER. — There are no cameras, are there ?
HOPE. — No, it’s just as we agreed… Are you comfortable ?
FISCHER. — Yes, thank you.
HOPE. — How about the noise, does it bother you ?
FISCHER. — No no, that’s why I like it here, the audience is so quiet.
HOPE. — Bob you’re incredible, you know, you’re world champion you’re only 29, you beat men a lot older than yourself.
FISCHER. — It’s not because a man is older this means he’s smarter.
HOPE. — Now I know why Spassky got sick… Is it true Bobby that chess develops the mind ?
FISCHER. — I suppose so, but you don’t need it, you have one of the sharpest minds I’ve ever encountered.
HOPE. — Oh really? Where did you get that idea ?
Well I read the contract.
HOPE. — Bobby you’ve made it to the top. How does it feel to be up there ?
FISCHER. — It’s been a long tough battle, but it’s a great thrill to be the best in the world at what you’re doing, to be the king, to wear the crown.
HOPE. — I know!
FISCHER. — Really? How do you know ?
HOPE. — Well I once did a margarine commercial… I guess you were always destined to be a chess wizard.
FISCHER. — Probably, but you know how it is. You couldn’t have been anything but a comedian. I bet you were the high school clown.
HOPE. — Oh yeah, for ten years… I guess you have to be really dedicated to master chess.
HOPE. — That’s true, you have to give up everything. Make chess your whole life. What about girls ?
FISCHER. — I had a date last night.
HOPE. — No kidding, how did you do ?
FISCHER. — Great, I beat her in four moves !
HOPE. — There was a lot in the paper about you holding out for a bigger cut of the purse ; were you misquoted ?
FISCHER. — All that talk about money, money, money. The important thing to me is what a person gets out of playing the game.
HOPE. — And what’s that ?
FISCHER. — Money !
HOPE. — Bobby I heard that all through you match you were getting advice from Henry Kissinger. Is that true ?
FISCHER. — That’s right.
HOPE. — Did it help ?
FISCHER. — It will if I’d meet Jill St John.
HOPE. — Well how did you and Boris Spassky get along ?
FISCHER. — He’s a nice guy, Bob, but we spoke very little to each other. In the morning he’d say ‘you’re late’ and in the evening I’d say ‘checkmate’.
HOPE. — Alright, shall we start the game ?
FISCHER. — I’m ready.
HOPE. — Ok, my move.
……
HOPE. — That’s the way I play!  … I hate a slow player.
……
FISCHER. — Hey, this is an interesting position. I’d like to study the move…
HOPE. — Go ahead, study. … Say is it true that some players tried to destroy your concentration with noisy distraction ?
Who would do a thing like that ?
HOPE. — Oh I don’t know, I’ve just heard that there are some spoilsports who want to win at any price.
FISCHER. — If you’re properly trained you don’t hear it.
HOPE. — Really ? Where do you train ?
FISCHER. — At the Laura Sccuder potato chip factory. It’s your move…
FISCHER. — Congratulations !
HOPE. — You mean I’ve got a checkmate ?
FISCHER. — No, you’ve got Gin !

Les Blondes

blondes

Les Blondes, série de bandes dessinées humoristiques de Gaby & Dzack, répertorient la majorité des blagues connues sur les femmes blondes et leur prétendue stupidité. Stéréotypes et fantasmes se mêlent pour aboutir à la conclusion suivante : les hommes préfèrent les blondes !

Lesblondes

Un clic pour agrandir et voir la planche en format PDF.

Depuis 2011, une équipe de joueuses blondes, maîtres et grands maîtres, est opposée à une équipe de brunes du même niveau chaque 1er avril au restaurant Carlson de Moscou. Sur l’ensemble des matches organisés depuis 2011, les Blondes prennent la tête 2,5-1,5 (2 victoires, 1 match nul et 1 défaite). De quoi faire taire les affreux machos qui colportent ces blagues sur la prétendue faiblesse du quotient intellectuel de nos charmantes blondes.

La série fut adaptée en dessin animé en 2007 par Yann Bonnin :

Envoûtement

Dans ce très court-métrage d’animation, travail de Létitia Lambrecht, étudiante en jeu vidéo, des échiquiers semblent figés pour l’éternité dans un univers médiéval. « Le personnage principal est la créatrice du jeu d’Échecs, explique-t-elle. Elle vit dans un village où ils vénéraient autrefois les signes astrologiques en tant que dieux depuis des siècles. Ces signes astrologiques, vexés d’avoir été oubliés, envoûtent les pièces d’Échecs ».