Archives de catégorie : Sculpture

L’échiquier des templiers

échiquier templiers
Architrave de la Pieve di San Paolo, Vico Pancellorum (Lucca)

Cette église est mentionnée pour la première fois dans un document datant de 873. Son architrave recèle sans doute un mystère sous la forme de ces pictogrammes : de gauche à droite, on voit clairement un crucifix, un arbre de vie, un chevalier tenant une épée, un échiquier et une Vierge à l’enfant. L’échiquier, exprimant le monde de la dualité où le blanc et le noir s’affrontent, l’un est Lumière, l’autre est Ténèbres, évoque peut-être le beauceant, l’étendard des Templiers, un damier porteur de la croix templière.

Le Trébuchet de Marcel Duchamp

Trebuchet Marcel Duchamp
Marcel Duchamp – Le trébuchet. Crédit photographique : © Philippe Migeat – Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP

Marcel Duchamp bouleversa l’art du XXe siècle avec l’invention, dans les années dix, du ready-made, un objet « already-made », c’est-à-dire déjà tout fait et qu’il sélectionne pour sa neutralité esthétique. Il ouvrira la voie aux démarches avant-gardistes les plus extrémistes. « Il est un point que je veux établir très clairement, écrivait-il dans son discours au Musée d’Art Moderne de New-York en 1961, c’est que le choix de ces ready-mades ne me fut jamais dicté par quelque délectation esthétique. Ce choix était fondé sur une réaction d’indifférence visuelle, assortie au même moment à une absence totale de bon ou de mauvais goût… en fait une anesthésie complète. »

Trebuchet Marcel Duchamp
Photographie de l’atelier de Duchamp à New York en 1917

Fuyant la guerre en Europe, il s’installe à New York en 1915. Il est accueilli par le couple Arensberg, qui finira par devenir le principal protecteur et le premier collectionneur de ses œuvres. Voici l’histoire que Duchamp raconte à propos du Trébuchet : « Une patère était là, sur le plancher, un vrai porte-manteau que j’avais envie parfois d’accrocher au mur ; mais je ne suis jamais arrivé à le faire, si bien qu’il restait là sur le plancher et que toujours je me butais sur lui ; ça me rendait fou et je me suis dit : ça suffit avec ça ; s’il veut rester sur le plancher et continuer à m’ennuyer, d’accord, je vais le clouer et il restera simplement… » Passionné d’échecs, il le  nommera Le Trébuchet.  L’original, réalisé en 1917 à New York fut perdu. Une réplique en est réalisée sous la direction de l’artiste par la Galerie Schwarz en juin 1964.

Dans la maison des Arensberg se réunissait la crème de l’intelligentsia américaine. Pendant les soirées, Duchamp, généralement l’invité d’honneur, cherchait un coin tranquille pour jouer aux échecs avec son hôte ou avec un fort joueur présent. Il était moins intéressé par les débats sur la peinture ou la littérature que par cette passion naissante et dévorante pour le jeu qui allait lui faire interrompre sa carrière d’artiste pendant une douzaine d’années. C’est à cette époque qu’il devient membre du célèbre Marshall Chess Club de New-York.

Trebuchet Marcel Duchamp

Le trébuchet est une position de finale, K P contre K P en zugzwang réciproque. Il s’agit de perdre un tempo pour garder un œil sur son propre pion.

La vie des amants

amour courtois échecs ivoire médièval
Coffret, France début du XIVe siècle – Toronto, The Thomson Collection at the Art Gallery of Ontario Gothic Ivories Project

La France, et Paris en particulier, semblait un haut lieu de la fabrication de ces coffrets en ivoire raffinés au Moyen-Âge. Comme la plupart, il illustre l’amour courtois, ici divers activités des amants. Le galant courtise sa belle et noble dame. Dans l’amour courtois chanté par les troubadours, la femme courtisée est toujours socialement supérieure à l’amant. Elle est noble, s’il est roturier, duchesse, s’il est comte et reine, s’il est chevalier.

Les échecs aristocratiques et de plus métaphore de la joute amoureuse permettant le rapprochement des amants, étaient l’occupation courtoise par excellence. Point question de blitz, alors. La lenteur du jeu permettait de l’entrecouper d’autres divertissements : chasse, banquet, etc.

amour courtois échecs ivoire médièval

La romance de Floire et Blancheflor

Cassette, France vers 1330-1350 – Toledo Museum of Art, Gothic Ivories Project

Un nouveau coffret en ivoire qui met en image la romance de Floire et Blancheflor, conte populaire en vers attribué à Robert d’Orléans, extrêmement populaire à l’époque où est conçu ce coffret. Floire part à la recheche de sa bien aimée, Blancheflor, vendue à un vilain émir. Floire arrive aux portes de Babylone. Le gardien, Daire, lui apprend que tous les ans, l’émir y choisit une nouvelle épouse dans la tour des Vierges et tue l’ancienne. Le bruit court que Blancheflor sera la prochaine élue. Daire lui conseille de jouer aux échecs avec la sentinelle et surtout de gagner puis, de lui restituer tous ses gains. Ainsi, sera-t-il forcé de lui renvoyé la faveur en le laissant entrer dans la tour. Floire l’emporte et pénètre clandestinement dans la tour dans un panier de fleurs.

Du haut de la tour des Vierges, Blancheflor espère le secours de son amant.

Érotisme médièval

coffret ivoire érotisme échecs médiéval
Coffret en ivoire, France XIVe siècle – Edinburgh, National Museum of Scotland, Gothic Ivories Project

Deux joueurs d’échecs sous une tente. Un nouveau coffret dont les côtés droit et gauche illustrent l’amour courtois avec des thèmes qui doivent maintenant vous être familiers de ce style gentiment érotique du Moyen-Âge : jambe pliée du damoiseau, tenant de sa main gauche le mat de la tente, suggérant le sexe masculin ; la couronne tenue par la damoiselle et l’oiseau de proie à long bec que maintient encore le jouvenceau, contenant son désir.

De nouveau le thème de la tente sur ce coffret parisien de la même époque. Est-ce parce que ce jeune couple semble surveillé par deux dames de compagnie, que le godelureau semble hésiter à empoigner  le mat ?

coffret ivoire érotisme échecs médiéval
Coffret en ivoire, France 1ere moitié du XIVe siècle – London, The Wernher Collection, Ranger’s House, Gothic Ivories Project

L’amour dans un jardin

Coffret, France vers 1360-1380 (H :45 mm L : 144 mm P : 75 mm)
Brussels, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, Gothic Ivories Project

Sur le coté droit, un couple joue aux échecs dans un jardin. Étrangement, dans cette société médiévale sans doute très contrôlée, le jeu d’échecs permet un espace de liberté où peut se mettre en scène « la fin’amor », l’amour courtois, un amour qui repose sur le désir et la courtoisie. Cet ensemble de valeurs aristocratiques où, pour conquérir sa dame, il faut, non seulement faire preuve du courage du preux chevalier, mais aussi maîtriser la poésie, la politesse, les bonnes manières et les échecs.


Un autre couple d’amoureux jouant aux échecs dans un endroit reculé du jardin ; la dame tenant deux pièces d’échecs dans sa main gauche, motif traditionnel suggérant que le vainqueur ne sera pas celui que l’on croit ; le jeune damoiseau tentant un ultime coup. Gagera-t-il le cœur de sa dame ?

Coffret, France 1ere moitié du XIVe siècle – Cologne, St Ursula Schatzkammer, Gothic Ivories Project

Amour canaille

Moyen-Âge échecs ivoire coffret
Coffret, France XIVe siècle (8.1 x 18.3 x 10.5 cm) – Metropolitan Museum

Si au Moyen-Âge, le jeu d’échecs offrait un espace de rencontre pour la jeunesse aristocratique, fournissant « un alibi pour les amoureux d’une rencontre dans l’intimité des jardins et des boudoirs, où ils pouvaient s’entraîner à leurs sentiments autant qu’à la pratique du jeu¹ », ce coffret évoque les aventures amoureuses et échiquéennes du fils prodigue plus triviales.
Moyen-Âge échecs ivoire coffret
Voilà notre jeune homme en caleçon qui a perdu jusqu’à sa chemise en jouant aux échecs avec une prostituée. Sans le sou, il est alors chassé du prostibulum par la femme de mauvaise vie. N’oublions pas que dans ce XIVe siècle, le jeu d’échecs commençait à se démocratiser, quittant les maisons nobles pour s’encanailler dans les tripots. Se jouant pour quelque temps encore avec les dés, les parties pouvaient être intéressées par de grosses mises d’argent.

¹ Marilyn Yalom, Birth of the Chess Queen (Harper Collins 2004).