Archives de catégorie : Pièces et Échiquiers

L’échiquier de Buenos Aires

marcelMarcel Duchamp s’exila pour quelques mois dans la capitale argentine en 1918, puis retourna en France en juin 1919. Marcel s’était installé Avenue Sarmiento, dans un quartier ressemblant à la plaine Monceau. « Je travaille ici, car il n’y a pas moyen de beaucoup s’amuser », écrivait-il, lassé des boîtes de tango. N’ayant point de nouveaux amis, il s’ennuyait ferme. C’était compter sans la magie des Échecs. Ne connaissant personne pour jouer, il se plongea dans un livre qui analysait quarante parties de l’invincible Capablanca, les étudiant une à une pour tromper sa solitude. Se sentant suffisamment aguerri, il s’inscrit à un club où, sans être encore classé, il progressa et joua avec d’excellents adversaires. Le virus était contracté et s’installa cette passion dévorante qui l’accompagna le reste de sa vie.

Un an après son arrivée, il écrivait à des amis : « Je joue jour et nuit et rien ne m’intéresse dans le monde que de trouver le coup juste… Je me sens tout à fait prêt à devenir le chess maniaque. Tout autour de moi prend la forme de cavalier ou de dame et le monde extérieur n’a pas d’autre intérêt pour moi que dans sa transposition en positions gagnantes ou perdantes ». Marcel auparavant s’était passionné pour la science, la mettant en images comme dans le Nu descendant l’escalier. « On peut imaginer, écrit Judith Housez dans son livre Marcel Duchamp, que son effroi face à la vie, ses moments de dégoût, l’avaient conduit à se réfugier dans une fascination vers la science. Ce même effroi ne le poussait-il pas à présent vers cette autre forme de modélisation qu’est le jeu d’Échecs ? »

11.-Marcel-Duchamp-Nu-descendant-lescalier-n¯2-∏-ADAGP-Paris-2014Pour devenir cet excellent joueur, Marcel Duchamp développa intuition, déduction, audace, imagination, virtuosité, « sa séduction, sa capacité à surprendre l’autre, poursuit Judith Housez, sa psychologie et une logique impitoyable ». Chacune de ses qualités fit également de lui, ce grand artiste que nous connaissons, comme si Duchamp joueur d’Échecs « éclairait le destin de Duchamp artiste-stratège. Aux Échecs, il faut forcer le jeu, prendre des risques. Le vainqueur est celui qui parvient à contraindre l’autre, à le faire entrer dans sa logique, à paralyser l’intelligence de l’adversaire pour lui faire commettre l’erreur fatale ou la série de petites erreurs qui le mènent au mat. Les Échecs, c’est une guerre sur l’échiquier. Le temps y est irréversible puisqu’on ne peut pas reprendre son coup, contrairement à la peinture, aucun repentir n’est autorisé, c’est une école de l’acte définitif ».

C’est à Buenos Aires que Marcel Duchamp commença à connaître cette passion particulière pour ce jeu, qui allait l’obséder jusqu’à sa mort et qu’il sculpta ce jeu magnifique que l’on croyait perdu à jamais comme le voulait la légende, mais qui fut précieusement conservé par un collectionneur privé.

De Ludo Scachorum

De Ludo Scachorum ou Le jeu d’Échec fut écrit par Luca Pacioli, mathématicien et franciscain du XVIe siècle. Ce dernier fut un ami et un collaborateur de Léonard de Vinci. Certains experts estiment que Leonardo a peut-être aidé à dessiner les pièces élégantes qui illustrent ce manuel. Pourtant, bien qu’une telle possibilité suscite l’enthousiasme des amateurs d’Échec, Martin Kemp, professeur émérite à Oxford d’histoire de l’art, se montre un peu plus sceptique : « Il n’y pas pas la moindre chance que ces dessins soient le fait de Léonard. » Toute similitude est exagérée à son sens et les ressemblances absolument pas réalistes eu égard aux travaux attribués à Léonard. La « redécouverte » de ce codex de 48 pages aurait eu lieu en décembre 2006. Il aurait été acquis dans les années soixante, perdu parmi les nombreux livres médiévaux de la bibliothèque de la Fondation Coronini Cronberg Gorizia de Venise.

scach00
De ludo scacchorum de Luca Pacioli.

De Ludo ScachorumLuca Bartolomes Pacioli, dit Luca di Borgo (v.1445 à Borgo Sansepolcro en Toscane – 1517 à Rome), est un franciscain italien mathématicien et fondateur de la comptabilité. En 1497, il accepte l’invitation du duc Ludovic Sforza pour travailler à Milan, où il rencontre Leonardo da Vinci. Leurs chemins semblent se séparer vers 1506. Franco Rocco pense, lui, quel les diagrammes sont de Da Vinci. Il travaillait alors avec le franciscain, ils étaient amis proches et collaborateurs au service du duc de Milan. Les pièces, à la superbe élégance, toutes proportionnée au nombre d’or que Léonardo utilisait essentiellement à cette période, évoquent la main du maître. L’étude du manuscrit semble révéler que les textes et les diagrammes furent écrits par des mains différentes. En 1499, lorsque l’armée française envahit le duché de Milan, les deux amis se réfugient à Mantua sous la protection de la Marquise Isabella d’Este. C’est là que Luca Pacioli dédicace son livre De ludo scachorum, manuscrit qui explique les nouvelles règles de notre jeu, au moment où les mouvements de la Dame et du Fou changent pour devenir ceux que nous connaissons aujourd’hui. Le livre contient des problèmes qui peuvent être résolus en utilisant les anciennes ou nouvelles règles. Les pièces furent sans doute dessinées par Léonardo.

Le créateur éternel

échecs dali
Jeu d’Échecs intitulé Hommage à Marcel Duchamp conçu par Salvador Dali.

Jeu d’Échecs intitulé Hommage à Marcel Duchamp  conçu par Salvador Dali entre 1966 et 1970 et moulé par F. J. Cooper. Toutes les pièces, sauf la reine et les tours, ont été coulées à partir des propres doigts de Dali. La reine est moulée à partir du pouce de sa femme Gala et il utilisa la salière de l’Hôtel St Régis de New York pour les tours. Les souverains sont couronnés d’une dent et les salières par le moulage d’un téton de Dali. Ce mélange quelque peu macabre crée une sculpture à l’étrange résonance.

échecs dali

Quant aux explications de Dali : « J’avais un concept précis et pourtant symbolique. Aux Échecs, comme dans les autres formes de l’alchimie humaine, il y a toujours le créateur, par-dessus tout, l’artiste en tant que créateur. Ce que je voulais représenter : la main de l’artiste, le créateur éternel. Comment mieux exprimer cette vision que par la sculpture de ma propre main, de mes doigts ? »

Interrogé par F.J .Cooper :
Pourquoi les dents ? Dali répondit :
Pourquoi pas ?

dali
L’art est difficile… et les Échecs aussi – Salvador Dali

Jeu de Guerre

Bien que les Échecs soient un jeu de guerre, il fut utilisé pendant la seconde guerre mondiale comme passe-temps, permettant aux soldats de récupérer entre deux batailles, leur offrant un sentiment de sécurité et d’appartenance en retrouvant des gestes coutumiers d’avant les combats.

échecs guerre
Allemagne, Seconde Guerre Mondiale. Boite : 230 x 125 x 20 mm

Feldpost était le nom du service postal militaire allemand. Comme les Americains, la Wehrmacht envoya des jeux récréatifs à leurs soldats. L’échiquier pliable et les pièces plates en carton permettaient son transport facile.

Le jeu d’Échecs Coca Cola (1941-1945),  42 cm.

La Coca-Cola Company ne fut pas en reste et envoya pour remonter le moral des troupes à l’étranger, un ensemble incluant un jeu d’échecs, de dames, de backgammon, de billes, de dominos et des cartes à jouer avec les incontournables pin up’s, s’offrant un petit coup de pub en passant.

Coca-Cola
Annonce parue dans le National Geographic Magazine d’août 1945. 25,4 x 17 cm.

Jack Daniel’s Chess

Jack Daniel

Jack Daniel’s est une distillerie américaine de Tennessee whiskey. La distillerie fut créée par Jack Daniel en 1866, à Lynchburg, dans le Tennessee. Aimé par des motards et favori de Sinatra (il fut enterré avec une bouteille), ce jeu d’Échecs de Jack Daniel célèbre son héritage. Jack est le Roi tandis que les bouteilles de Black Label sont les pions.