Archives de catégorie : Philosophie

La lutte intellectuelle de l’humanité

Richard Réti échecs citation

Dans les idées exprimées aux échecs, et leur développement,
nous avons une représentation de la lutte intellectuelle de l’humanité. 

Richard Réti

Pour Jacques Bernard, il existe un « lien entre les transformations du jeu d’échecs et les évolutions sociales au sens large, entre l’apparition de nouvelles théories échiquéennes et l’évolution de la structure de pensée des contemporains de ces transformations. Il apparaît possible de soutenir la thèse, peut-être paradoxale, en tout cas surprenante, selon laquelle la stratégie du jeu, dans son aspect le plus technique, est d’ordre essentiellement social ou plutôt, pour respecter le lien de causalité, que les évolutions et les nouveautés dans des ordres aussi divers que la politique, la philosophie, la littérature, la peinture, la musique, ont des répercussions sur les nouvelles stratégies imaginées, en leur temps, par les grands champions d’échecs.¹ »

¹ Jacques Bernard, Socio-anthropologie des joueurs d’Échecs (Paris, L’Harmattan, 2005).

La science de l’échiquier

science échiquier

Il serait à désirer que la science de l’échiquier fût cultivée dans les collèges, où nous apprenons tant de choses fastidieuses qui ennuient l’enfant et ne servent pas à l’homme. Il y a au fond du jeu d’échecs une philosophie pratique merveilleuse. Notre vie est un duel perpétuel entre nous et le sort. Le globe est un échiquier sur lequel nous poussons nos pièces, souvent au hasard, contre un destin plus intelligent que nous, qui nous mate à chaque pas. De là tant de fautes, tant de gauches combinaisons, tant de coups faux ! Celui qui, de bonne heure, a façonné son esprit aux calculs matériels de l’échiquier, a contracté à son insu des habitudes de prudence qui dépasseront l’horizon des cases.

Joseph Méry, Le joueur d’échecs (1840)

Échecs : une démarche philosophique ?

« Certes, répond Eric-Emmanuel Schmit, les Échecs supposent une démarche intellectuelle faite de beaucoup de logique et d’anticipation, mais ils ne sont pas pour autant une démarche philosophique. Le joueur d’Échecs répond à la question Comment ? alors que le philosophe répond à la question Pourquoi ?  Le joueur sait ce qu’il veut : gagner. Le philosophe sait ce qu’il cherche, la vérité, mais il sait aussi qu’il ne la trouvera pas. En philosophie, il n’y a pas de Champion du monde ! »