Archives de catégorie : Philatélie

Le moyen-âge en timbre

Né dans l’Inde du Nord vers la fin du VIe siècle, le jeu d’échecs arrive en Europe occidentale aux environs de l’an mille. C’est alors un jeu oriental que la culture chrétienne doit entièrement repenser : nature et marche des pièces, couleurs de l’échiquier, règles et déroulement de la partie. Ces changements se font en plusieurs étapes, du XIe au XVe siècle. Mais il faut attendre le début de l’époque moderne pour que le jeu prenne définitivement le caractère que nous lui connaissons.

L’édition philatélique à profiter de la riche iconographie échiquéenne pour émettre de nombreux timbres sur l’histoire du Jeu des Rois. Voici un échantillon sur les pièces et les échiquiers médiévaux :

Karpov philatéliste

La relation semble étroite entre le monde des Échecs et celui de la philatélie. La personnalité du philatéliste se rapproche de celle du joueur. Les ressorts psychologiques du collectionneur n’ont que rarement fait l’objet d’analyses, néanmoins, le psychologue Henri Codet leur a consacré une thèse. Il recense quatre caractéristiques psychologiques du collectionneur où le joueur d’Échecs peut se retrouver : le désir de possession, le besoin d’activité spontanée, l’entraînement à se surpasser et la tendance à classer. Ils partagent également le côté obsessif de leurs passions, la vigilance permanente (l’attention du collectionneur semble toujours en alerte pour découvrir de nouveaux objets), l’acquisition des connaissances (pour choisir le bon objet), une bonne mémoire (pour se souvenir des caractéristiques de chacun de ses objets). Autre point commun, le collectionneur se déprime souvent quand il achève sa collection, comme beaucoup de nos génies échiquéens entrent dans des troubles psychiques quand ils cessent de jouer. Et enfin, de nombreux joueurs sont de fervents collectionneurs.

Karpov philatéliste
Analoy Karpov sur un timbre guinéen, 1984.

Karpov est lui-même un philatéliste renommé et détiendrait la collection complète  de timbres sur le thème des Échecs. Il commence par amasser plus de 30 000 pin’s avant de s’intéresser aux timbres et notamment aux timbres commémorant les 40 ans de l’Armée Rouge Soviétique. Spécialiste de la Belgique, il possédait la deuxième plus riche collection au monde. Elle fut vendue le 8 décembre 2011  et rapporta la coquette somme de 2 532 000 €.

Karpov philatéliste
Sao Tomé-et-Principe, 1981.

Il apparaît sur plus de 200 de ces timbres. Certains, d’ailleurs, ne lui plaisent pas du tout. « En Corée du Nord, avoue-t-il, ils imprimèrent un timbre pour célébrer mon match contre Korchnoi. Viktor Lvovich et moi, nous y apparaissons comme des Coréens. Certains timbres africains sont également spéciaux : le grand maître brésilien Henrique Mecking apparaît… comme un noir et moi comme un mulâtre ! » Anatoly devrait savoir que les Échecs n’ont point de frontières.

Karpov philatéliste
Analoy asiatifié en 1980.

Collection

Depuis le premier timbre-poste bulgare représentant un motif échiquéen, émis en  1947 pour commémorer les Jeux des Balkans, plus de cinquante pays ont émis un total d’environ cinq cents timbres. La plupart pour célébrer un événement ou un joueur, représentant des portraits ou des positions.

collection-timbres-echecs
Collection Bobby de Besac. Un clic pour agrandir.

Collection

Le jeu d’Échecs représenté sur timbres-poste est une des principales collections de philatélie thématique, l’une des trois façons principales de collectionner des timbres-poste et d’autres documents philatéliques et postaux. Elle consiste à rassembler ces derniers s’ils ont un rapport avec un thème particulier, puis à les organiser pour une présentation publique ou une conservation dans un but encyclopédique. Des timbres avec le motif du jeu d’Échecs sont régulièrement émis dans pratiquement chaque pays du monde.

Le joueur d’Échecs et le philatéliste partagent le même souci du détail et de la précision. Le portrait de la reine déplacé à droite de 4 mm et notre philatéliste est heureux de découvrir une nouvelle variété, comme le joueur est fier de trouver une variante inédite.

timbres échecs
Collection Bobby de Besac. Un clic pour agrandir.

Collection

Voici une première planche de la collection de Bobby de Besac, tirée de sa superbe collection dédiée au jeu d’Échecs. Elle vient de remporter un prix régional et sera prochainement présentée à Paris au cours d’une compétition nationale. Ne soyez pas surpris du pseudonyme, les philatélistes sont méfiant, leurs collections valant parfois plusieurs milliers d’euros. La présentation des collections est très codifiée quant au format des pages (24 x 30 cm) et leur nombre, au minimum 64 (4×16) feuilles.

philatélie échecs
Un clic pour agrandir.

18e Championnat du Monde

Après la Bulgarie, émettrice du premier timbre sur les Échecs en 1947, des centaines d’autres furent créés partout dans le monde à l’occasion de compétitions ou pour évoquer des Grands Maîtres. L’année suivante en 1948, l’Union soviétique emboîte le pas en émettant trois timbres à l’occasion des championnats du monde organisé du 2 avril au 16 mai 1948 à La Haye, puis à Moscou. Avant 1948, le nouveau champion du monde était celui qui avait battu le précédent dans un match singulier. La mort d’Alekhine crée une vacance du titre qui rend cette procédure impossible. Max Euwe (Pays-Bas) ; Mikhail Botvinnik, Paul Keres et Vassily Smyslov (URSS) ; Samuel Reshevsky (États-Unis) s’affrontent dans un quintuple tournoi toutes-rondes. Ce fut Mikhail Botvinnik qui le remporta et entama ainsi une domination soviétique qui dura plus de vingt ans, jusqu’en 1972.

philatélie championnat échecs
Ces timbres  commémorent le 18e Championnat du Monde officiel, à La Haye, Pays-Bas, du 1er au 25 mars et à Moscou, 10 au 18 Avril 1948.

Comme Keres perdit ses quatre premières parties contre Botvinnik, on soupçonna Keres d’avoir été contraint à mal jouer pour permettre à Botvinnik de remporter l’épreuve. L’historien Taylor Kingston examina les éléments disponibles et conclut que les autorités soviétiques avaient donné de forts indices à Keres selon lesquels il ne devait pas empêcher Botvinnik de gagner. Botvinnik ne découvrit ceci qu’à la moitié du tournoi et protesta si énergiquement qu’il courrouça les officiels. Keres n’a probablement pas perdu de partie délibérément contre Botvinnik ou contre un autre participant. Dans une entrevue ultérieure en deux parties avec Kingston, le grand maître et officiel soviétique Youri Averbakh pense que « Staline n’aurait pas donné d’ordre pour que Keres perde contre Botvinnik, Smyslov aurait probablement été le candidat préféré des officiels, Keres était soumis à une pression psychologique intense en raison des multiples invasions de son pays natal, l’Estonie et de son traitement par les Soviétiques jusqu’à fin 1946, et Keres était moins fort mentalement que ses rivaux ».

Une des parties de Botvinnik contre Keres :

Timbré d’Échecs

Le jeu d’Échecs est une thématique particulièrement prisée des opérateurs postaux et des philatélistes. Plusieurs centaines de timbres émis depuis des dizaines d’années partout dans le monde en attestent. C’est en 1947, à l’occasion des Jeux Balkaniques disputés en novembre à Sofia que la Bulgarie émit le premier timbre dessiné par St. Kancer en même temps que quatre autres concernant le sport. Il représente un cavalier blanc sur fond rouge.

bulga47
Bulgarie 1947, le premier timbre émis au monde sur le thème des Échecs

La Hongrie emporta la compétition avec une équipe composée, selon Alain Delobel, des joueurs suivants, dans l’ordre alphabétique, on trouve : Bakonyi, Benko, Barcza, Florian, Furster, Gereban, Szabo et Szny.

1947.h2
Ce timbre est issu d’une série de 5. Chaque timbre symbolise un sport pratiqué lors de ces Jeux Balkaniques.

Une partie de Paul Benko de 1947 se terminant par un sacrifice de Dame :