Archives de catégorie : Citation

Joueuse

joueuse-bonnaire
Sandrine Bonnaire dans une scène de Joueuse.

Je suis fascinée par ce jeu que j’aime beaucoup. On lui colle souvent une image élitiste qui, à mon avis, ne correspond pas à la réalité. Les quelques contacts que j’ai eu avec le monde des Échecs m’ont révélé que c’était un moyen formidable pour développer la convivialité.

Sandrine Bonnaire

La psychologie d’Emanuel Lasker

Emanuel Lasker
Dr. Emanuel Lasker et son frère en 1910. Photogravure de Franck Eugene.

Sur l’échiquier, le mensonge et l’hypocrisie ne survivent pas longtemps.

Emanuel Lasker

Pour Emanuel Lasker, une partie d’Échecs était un combat entre deux hommes, avant d’être une discipline intellectuelle, artistique ou scientifique et il fut l’un des tout premiers à en considérer l’aspect psychologique. Par exemple, il jouait tous les débuts afin de s’adapter au style de ses adversaires et son jeu s’affirmait en milieu de partie et en finale. « Lasker ne joue pas objectivement le meilleur coup, disait de lui Richard Réti, mais celui qui crée le plus de problèmes à ses adversaires, les entraînant dans des sentiers qu’ils ne connaissent pas très bien. À cause de cela, ils se voient contraints d’adopter un style qui ne leur est pas familier. Ils doivent surmonter des difficultés spécialement conçues pour eux. Par conséquent, ils dépensent beaucoup de temps dans la première phase du jeu et doivent prendre des décisions rapides lorsque la position devient difficile. C’est à ce moment-là que Lasker investit toute son énergie. Il est alors trop tard pour l’autre, qui s’effondre d’abord psychologiquement, puis sur tous les plans ».

Profession de foi

michelroosOn entre au jeu d’Échecs comme on entre en religion. Pour le joueur d’Échecs , la partie d’Échecs c’est l’office, la messe, le défilé du 1er Mai, le dépôt de gerbe au Monument aux Morts. C’est un drame sacré.

Michel Roos (1932–2002), éminent joueur par correspondance.

Médecin, puis professeur émérite à la faculté de médecine, vice président d’université, il œuvra beaucoup pour le développement des Échecs en animant l’un des plus importants club français, le Cercle d’Échecs de Strasbourg, mais aussi en collaborant à la revue Europe Echecs et en participant au développement de la FFE.

Poison échiquéen

échecs wells

Il n’y a pas de remords comme les remords aux Échecs. Ce sont une malédiction pour un homme. Il n’y a pas de bonheur aux Échecs. La passion pour jouer aux Échecs est l’une des plus inexplicables dans ce monde.

Herbert George Wells

En 1897, Herbert George Wells publie un essai  intitulé Certaines questions personnelles (Certain Personal Matters), où dans un des articles, il livre sa vision peu aimable des Échecs. En fait, comme beaucoup de joueurs, il entretenait avec ce jeu une relation ambivalente de haine et de passion mêlées. « Si vous voulez détruire un homme, apprenez lui les Échecs. Vous pourrez l’annihiler plus sûrement qu’avec le poison », disait-il encore.

La fête de la victoire

échecs Saint-Exupéry

J’ai vu le vaincu d’Échecs jouer des années durant dans l’espoir de la fête de la victoire. Car tu es plus riche de ce qu’elle existe si même elle n’est point pour toi. Ainsi de la perle du fond des mers.

Antoine de Saint-Exupéry

Antoine était grand amateur d’Échecs. Un échiquier se trouvait dans sa chambre et était toujours dans les effets personnels du pilote inventoriés en janvier 1945 et fut réclamé par sa mère à l’Armée de l’Air. « J’écris depuis ma petite chambre, lui écrit-il. Il règne un désordre rassurant. Mes livres, mon échiquier, mon encrier et ma brosse à dents sont entassés sur la table ».

Logé dans un hôtel, à Perpignan, Antoine de Saint-Exupéry joue aux Échecs tous les soirs avec son camarade instructeur Jean Gonord : « Tous les soirs, après le dîner, ils se retrouvaient autour d’un échiquier. Ils commençaient une partie que Antoine interrompait vers minuit pour téléphoner à Consuelo. Une demi-heure plus tard, il revenait et mettait Gonord mat en quelques coups¹ ».

Réfugié en Tunisie en 1942, André Gide se rend à Alger après la libération de l’Afrique du Nord. Il habite chez Anne Heurgon-Desjardins, une grande maison où il croise d’autres invités tels qu’André Maurois (revenu des États-Unis), Albert Camus, Jean Amrouche, Max-Pol Fouchet et, en 1943, Antoine de Saint-Exupéry. Gide et Saint-Exupéry jouent aux échecs, mais Max-Pol Fouchet surprend Gide en train de tricher, essayant ainsi de gagner au moins une partie contre ce redoutable adversaire².

¹ Cité dans echecsinfos.
² Antoine de Saint-Exupéry.

Mauvaise santé

Siegbert TarraschJ’ai eu un mal de dents pendant ma première partie. Dans la seconde, j’ai eu mal à la tête. Dans la troisième, j’ai eu une crise de rhumatisme. Dans la quatrième, je ne me sentais pas bien. Et pour la cinquième ? Eh bien, est-ce que l’on doit gagner toutes les parties ?

Siegbert Tarrasch

Voila un fait bien connu, personne n’a jamais gagné contre un joueur bien portant !