Tous les articles par admin

Confiance

confianceLa confiance en soi est très importante. Si vous ne pensez pas que vous pouvez gagner, vous prendrez des décisions lâches dans les moments cruciaux, par pur respect pour votre adversaire. Vous voyez l’opportunité, mais aussi de plus grands obstacles que vous devriez. J’ai toujours cru en ce que je faisais sur l’échiquier, même sans aucune raison objective. Il est préférable de surestimer vos chances que de les sous-estimer.

Magnus Carlsen

D4-mocratie

Migel Najdorf
Le bon rire de Migel Najdorf

Najdorf avait un caractère aimable et enjoué et son sens de l’humour prouve qu’il savait ne pas se prendre au sérieux, ce que l’on souhaiterait rencontrer plus souvent chez nos Grand-Maîtres d’aujourd’hui. Voici une des anecdotes les plus connues, relatée par sa fille Liliana Najdorf dans son livre Najdorf par Najdorf :

« En 1954, au Théatre Cervantes, se déroulait un match Argentine – Union Soviètique. J’étais au premier échiquier avec les Blancs, raconte Don Migel, opposé à David Bronstein, le champion de ce pays et neveu de Trotsky. Perón était présent et après l’exécution des hymnes nationaux, le Général s’approcha jusqu’à la table pour effectuer symboliquement le premier coup e4. C’était un coup qui favorisait la stratégie de mon adversaire que je connaissais bien. Applaudissement du Général qui se retire. Je m’assieds, replace le pion à sa case initiale et fais le coup correct d4. Le Soviétique est atterré : « Comment est-ce possible que vous contredisiez votre Président ? » Il ne comprenait pas comment je pouvais, plus tard, justifier le fait d’avoir refusé le coup de Perón. Je le tranquillisai en l’assurant que nous étions en démocratie. Quand je rencontrai Perón et Isabelita à Málaga, je lui racontai cette anecdote et il en rit beaucoup. « Vous avez bien fait ! » dit-il en me félicitant pour mon attitude ».

peron
Le Président Perón et Najdorf

Certainement, le Président Perón fut présent à la 4e ronde, le 24 mars 1954, et effectua le coup initial sur l’échiquier de Najdor, mais sur la photo El Presidente semblerait avancer le pion Dame. En tout cas, voici la partie :

Pedro Damiano

Aucun coup ne doit être joué sans but.

Pedro Damiano.

De son vrai nom, Pedro Damião (1480-1544), né au sud du Portugal, apothicaire de son état et joueur d’Échecs, se réfugie à Rome pour fuir les persécutions du  roi Manuel 1er. Son traité d’Échecs, rédigé en italien et en espagnol, Questo libro et de imparare giocare la scachi : Et de belitissimi Partiti (Comment apprendre à jouer aux Échecs : De belles Parties), est publié en 1512, mettant en avant les vertus scientifiques, artistiques et pédagogiques de ce jeu. Ce qui convainc sans doute, l’année suivante, le pape Léon X, grand amateur de ce jeu, a levé l’anathème sur les Échecs proclamé auparavant par divers synodes et interdits en tout cas aux ecclésiastiques.

Pedro Damiano
Un clic sur l’image pour le livre en PDF.

On y pouvait lire ces conseils :

  1. Ne jouez aucun coup sans but, à moins que la nécessité ne vous y force.
  2. Ne péchez pas par négligence ou par aveuglement.
  3. Ne jouez pas vite.
  4. Si vous disposez d’un bon coup, regardez toujours s’il n’y en a pas un qui lui soit préférable.
  5. Quand on a l’avantage, on doit faire des échanges, pourvu qu’on n’y perde pas cet avantage.
  6. Si vous avez un avantage au moyen duquel vous puissiez gagner la partie, n’abandonnez pas l’attaque (ou n’abîmez pas votre position) pour gagner un pion.
  7. Utilisez le saut du roi (le roque) pour le mettre en sûreté.
  8. Les deux pions situés du côté où le Roi a été placé (par exemple g2 et h2) ne doivent être joués qu’en cas d’absolue nécessité.
  9. Élargissez le front de vos pièces.
  10. On doit ouvrir le jeu avec ses Pions, et se garder de tenir ses pièces enfermées. On doit faire tous ses efforts pour soutenir les pions du Roi et de la Dame à la 4e case (d4 et e4) et, si possible, les deux pions des Fous à leurs côtés (c4 et f4, soit les coups introduisant le Gambit Dame et le Gambit Roi).

On donna son nom à la Défense Damiano 1.e4 e5 2.Nf3 f6. Le deuxième coup noir étant considéré comme très faible, permettant 3.Nxe5! favorable aux Blancs. Ironie et l’injustice de l’histoire, Damião avait condamné le coup 2… f6 comme le pire de tous.

Voici deux parties tirées du livre Damiano, O Portugues E A Sua Obra de Mario Silva Araujo.