El Libro de ajedrez, dados e tablas

Le temps des croisades fut une période clé dans l’histoire du Moyen-Âge : c’est le moment où, sur le mode de l’affrontement, s’établissent les premiers contacts entre l’Orient et l’Occident, permettant à la chrétienté de découvrir les technologies et les arts orientaux. L’Espagne fut naturellement un relais vers l’Europe et, vers le milieu du XIIIe siècle, le roi Alphonse X de Castille, dit le Sage ou le Savant, l’un des souverains les plus érudits, se consacra à diffuser ce savoir.

El Libro de los juegos sous-titré Libro del ajedrez, dados y tablas, fac-similé du manuscrit de la bibliothèque du Monasterio de El Escorial.

 El Libro de ajedrez, dados e tablas, écrit à sa demande entre 1251 et 1283, est composé de 98 feuillets (40 x 28 cm), reliés en cuir. Le texte à deux colonnes de belles lettres gothiques, aux initiales d’ornement minutieusement décorées et au filigrane complexe rouge et bleu. Cent-cinquante miniatures illustrent le manuscrit, dont dix en pleine page, et constituent l’un des grands trésors de l’iconographie médiévale. “ Este Libro fue començado e acabado en la cibdat de Sevilla : por mandado del muy noble Rey Don Alffonso […] en treynta e dos annos que el Rey sobredicho regno. En la Era de mille trescientos e veinte e un Anno ”, peut-on lire à la dernière page (Ce livre fut commencé et terminé dans la cité de Séville, sur ordre du très noble Roi Don Alffonso […] durant  les 32 ans de son règne. En l’année 1321). Cette date correspond à l’année 1283 de notre calendrier, soit un an avant la mort du roi sage.

El Libro de los juegos – Juif et Musulman jouant aux échecs.

Pour mener à bien cette tâche, il choisit les meilleurs collaborateurs, qu’ils soient musulmans, juifs ou chrétien pour la compilation des sources. Mais l’ouvrage sera beaucoup plus qu’un simple recopiage des textes orientaux. Les musulmans étaient satisfaits de leur façon de jouer aux échecs, mais les Européens, d’emblée, les considérèrent comme améliorables et Alffonso veut plus de ce jeu oriental, introduisant des problèmes d’un genre complètement nouveau, et apportant même des règles nouvelles dans le mouvement des pièces. La participation du roi fut fondamentale : il ordonna, impulsa, dirigea le travail et quand il fut terminé, le corrigea.

Alphonse X dictant à son scribe – Libro de los Juegos, folio 1, manuscrit de l’Escurial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *