Les échecs de John Opie

John Opie – The Game of Chess vers 1790, huile sur toile .

John Opie (1761-1807), portraitiste britannique des célébrités de son époque, y compris des membres de la famille royale. Dans ce tableau enchanteur, deux petits garçons jouent aux échecs tandis qu’un troisième les regarde, attendant peut-être de jouer le vainqueur. L’échiquier s’avance dans notre espace, nous invitant également dans le jeu. L’artiste, lui-même enfant prodige, a capturé la joie pure du jeu, reflétant une nouvelle philosophie révolutionnaire sur l’importance du jeu dans l’enfance qui se développait dans toute l’Europe à la fin du XVIIIe siècle. Au lieu de vêtements corsetés et raides, des vêtements plus amples et sans contrainte, telle que la tenue verte portée ici, permettaient aux enfants de jouer enfin librement. Cependant, une nouvelle fois, l’inversion des cases de l’échiquier. Curieux en cette fin de siècle, où la gent cultivée jouait aux échecs.

Queen of Katwe

Pour Phiona, âgée de 10 ans, et sa famille, la vie dans le bidonville pauvre de Katwe à Kampala, en Ouganda, est une lutte constante. Sa mère, Harriet, farouchement déterminée à prendre soin de sa famille, travaille sans relâche, vendant des légumes sur le marché pour assurer la survie de ses enfants. Lorsque Phiona rencontre Robert Katende, ingénieur qui enseigne aux enfants l’art des échecs, elle est se passionne pour ce jeu et devient vite une excellente joueuse, gagnant quelques tournois africains, permettant ainsi à sa famille à sortir de la misère.

Le film, loin des mélodie sirupeuses habituelles de Disney, dégage, grâce à l’excellence et à la sincérité des acteurs, une réelle émotion, délivrant un message d’espoir : « Sur un échiquier, c’est comme la vie dans un bidonville. Il y a des défis et des surprises partout, mais si vous regardez attentivement, vous trouverez des opportunités et le moyen de vous en sortir. »

Un petit reproche, la jeune fille est présentée comme un jeune prodige des échecs, ce qui n’est pas le cas. Obtenant cependant les 50 % requis en neuf parties aux 40e Olympiades d’échecs à Istanbul, en Turquie, elle obtient le titre de candidat maître féminin. Commentant cet événement, le journaliste britannique d’échecs John Saunders écrit : « le niveau de jeu actuel de Phiona est celui d’un joueur de club modeste (1623), mais placé dans le contexte de son dénuement environnemental et éducatif, sa réussite fut impressionnante. » Voici la partie représentée en clôture du film :