Survivance

Le poète Luis García Arés (Ávila, 1934-2013) est l’auteur du recueil Sonetos interiors, dont voici un des poèmes sur un thème échiquéen.

PERVIVENCIA

Dura ya medio siglo esta partida
de juego de ajedrez, y en el tablero
me repliego tenaz ante el certero
acoso que me cierra la salida.

Es la Muerte el rival, y va la vida
en el mate sutil que con esmero
intuyo que me tiende el caballero
que a todos trata igual y que no olvida.

Cae la nieve en mi campo y ya hace frío;
no resisten su empuje mis bastiones
y sé que en su celada caeré luego.

Mas ¡qué importa! La dama, el amor mío,
ha tiempo que me dio cuatro peones
que, en cierto modo, seguirán mi juego.

SURVIVANCE

Depuis un demi-siècle, dure cette partie
de jeu d’échecs et, sur l’échiquier,
je me replie, tenace, devant l’évident
harcèlement qui me ferme la sortie.

La mort est la rivale et la vie continue
dans le mat subtil
que me prépare avec soin le cavalier
qui dispose de chacun pareillement et n’oublie pas.

La neige tombe dans mon champ et il fait déjà froid ;
mes forteresses ne résistent plus à ses coups
et je sais, que dans son piège, je tomberai, tôt ou tard.

Mais qu’importe ? La dame, mon amour,
à temps, m’a donné quatre pions
qui, d’une certaine manière, continueront ma partie.