Comme une Pin up

La pin-up, représentation quelque peu machiste de la femme, dessinée ou photographiée dans une pose « sexy » dans les calendriers américains, d’où l’expression anglo-saxonne de « pin-up girl », est la jeune femme qu’on épingle au mur. Le terme est employé pour la première fois en 1941, popularisé par les GIs pendant la Seconde Guerre mondiale. Depuis leur apparition, les pin-up, fantasmes des ados des années cinquante, sont restées un symbole de charme et d’érotisme régulièrement remis au goût du jour.

Douglas Kirkland – Maria Grazia Cucinotta, 2014

L’actrice italienne Maria Grazia Cucinotta, le photographe Douglas Kirkland et le critique de cinéma Vincenzo Mollica, ont publié en 2014 Come una pin up dans lequel l’actrice rend hommage à ce style en se présentant  à la manière de la pin-up classique. L’objectif de cet ouvrage était bénéfique puisqu’une partie de ses bénéfices était destinée à encourager la recherche contre le cancer du sein.

Ce cliché fait référence au tableau de Gil Elvgren qui, depuis les années trente, est le pape de la pin-up américaine, réalisé en 1964 pour l’agence de publicité Brown & Bigelow. Une autre variation par l’actrice américaine Carla Gugino, publiée dans le magazine Vanity Fair en 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *