Sourire échiquéen

Les échecs, parmi tous les jeux, ont une place à part tant leur charge métaphorique est riche et parlent à notre imaginaire. Pour une période de quatre à cinq cents ans, ce jeu de guerre fut la métaphore du jeu des amants. Peu de temps après que la reine apparût sur l’échiquier, au tournant du XIIsiècle, remplaçant le vizir oriental, l’échiquier devint le champ de conquêtes romantiques autant que militaires. « Les échecs amoureux », bien ancrés depuis le XIVe siècle dans l’art et la littérature, sont encore bien présent aujourd’hui dans nos publicités. Celle-ci, vantant la vieille marque Émail Diamant, en est une nouvelle fois la preuve.

Après avoir ouvert une boutique de mode au 94, rue Lafayette à Paris, Jean-Baptiste, professeur de chant, et Annette Barreau, modiste, décident en 1893, de proposer aux clients de leur magasin « la poudre de dentifrice américaine » du chimiste John Walton de Philadelphie. Ils commercialisent alors la célèbre Formule Rouge, qui reste aujourd’hui encore le produit phare d’Émail Diamant. Dans les années 1930, les époux Barreau décident d’utiliser une photo de leur fils André, chanteur lyrique à l’Opéra-Comique de Paris, en tenue de Figaro dans Le Barbier de Séville. Il devient l’ambassadeur de la marque jusqu’à nos jours.