Duchamp devant l’échiquier


L’artiste, passionné du jeu, rencontra à New-York pour la première fois un rival de haut niveau en 1922, José Raúl Capablanca, qui sera champion du monde cinq ans plus tard. L’année suivante, à 36 ans, il commence une carrière en tant que joueur d’échecs dans des tournois professionnels. À ce moment-là, les critiques et les historiens de l’art perdent sa trace. Duchamp, dont le travail avait grandement influencé l’évolution des mouvements artistiques du XXe siècle, se consacra pendant plus de dix ans  à sa passion. « Quand vous jouez, c’est comme concevoir quelque chose ou construire un mécanisme par lequel vous gagnez ou perdez. Le jeu lui-même est très plastique. C’est probablement ce qui m’a tellement attiré vers lui ». Le peintre avait trouvé dans les échecs une forme d’expression artistique immatérielle ou, en d’autres termes, un moyen d’exprimer la pensée dans toute sa pureté. Duchamp cessa d’être un artiste actif pendant douze ans et se consacra presque exclusivement aux échecs, avec un style très influencé par Aaron Nimzowitsch, le père des échecs hypermodernes. Bien qu’il n’atteignit jamais un niveau équivalent au reste de son art, il devint un très bon joueur¹ et participa à de nombreux tournois aux côtés des meilleurs joueurs du monde. Le voici devant l’échiquier dans le film de Lewis Jacobs In His Own Words, réfléchissant à sa vie et son œuvre.

¹ Chessmetrics (site qui évalue la force des joueurs dans toute l’histoire des échecs sur la base de calculs statistiques et d’autres techniques) a calculé que Duchamp avait atteint 2455 point elo en 1929.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *