Un chevalier d’Henry VIII

cavalier pièce échecs ivoire médiéval
Reconstruction d’un Cavalier vers 1510–30 – Metropolitan Museum

Ce cavalier en ivoire, semblable à une pièce d’échec similaire dans la collection du Metropolitan Museum (n° 68.95), donne une bonne impression d’une armure complète pour homme et cheval portée dans toute l’Europe au début du XVIe siècle.

Malgré la représentation quelque peu stylisée de l’armure, plusieurs éléments de la figure sont remarquables. Dans le cadre d’une armure complète, l’homme d’armes porte un casque, des défenses d’épaules (épaulières) avec de grandes brides droites pour une protection supplémentaire du cou (haute-pièces) et une jupe textile. De la lance, qui reposait jadis sur le côté de la selle, seule subsiste la partie sous la main droite du cavalier.

Le harnachement du destrier comprend un chamfron (pièce de fer qui couvrait autrefois le devant de la tête d’un cheval armé) léger et ouvert, sans protection des oreilles ou des yeux ; une crinière de plusieurs plaques de métal associées et flexibles, probablement muni d’une défense supplémentaire pour la gorge ; un pectoral et une croupière. Les deux derniers éléments montrent peu de détails, à l’exception d’un bossage proéminent de chaque côté du pectoral et d’une bande qui court le long des bords principaux, mais leur apparence générale indique que les deux sont faits de cuir plutôt que de métal.

Alors que l’armure du corps du cheval est d’un type porté dans toute l’Europe au début du XVIe siècle, jusqu’en 1540 au moins, sa combinaison avec plusieurs éléments de l’armure de l’homme, permet une datation un peu plus précise. La combinaison de l’armure avec un plastron globuleux, de grandes épaulières avec de hauts gardes droits (haute pièces), et une jupe indique plutôt le début du XVIe siècle. Ce mélange particulier de traits stylistiques italiens et allemands est caractéristique de la mode à la cour anglaise du temps de Henry VIII. Ces jupes, souvent fabriquées à partir de textiles tissés ou brodés, étaient portées avec des armures en Italie depuis au moins le milieu du XVe siècle, mais sont devenues populaires dans le reste de l’Europe peu après 1500. Si l’on considère les hautes pièces extrêmement hautes des épaulières rarement découvertes avant 1510, et le fait que les harnachements de ce type devinrent moins populaires peu après la troisième décennie du siècle, la date la plus probable pour cette pièce d’échecs se situe entre 1510 et 1530 environ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *