Max sur un bateau

dorothea tanning echecs
Dorothea Tanning – Max dans un bateau bleu, 1947 huile sur toile de 61 x 51 cm

Dorothea se peint avec son mari, Max Ernst, jouant aux échecs dans un bateau. Alors que Max occupe le centre de la composition, l’artiste est à peine visible par sa chevelure, exprimant peut-être son malaise, car malgré son immense talent, elle était toujours considérée comme la femme de l’artiste respecté, restant toujours aux yeux des critiques en arrière-plan. L’échiquier, cependant, symbolise l’union des époux, non seulement en tant qu’amant, mais aussi en tant que compagnon intellectuel. La voile est un gigantesque Loplop, reconnaissance de l’épouse du monde poétique de son compagnon. C’est vers 1930 qu’apparaît dans l’œuvre de Max Ernst une figure dominante, énigmatique, qui prend la forme d’un oiseau et n’est pas sans présenter quelques traits de son créateur. Loplop est susceptible de toutes les métamorphoses : passant du règne animal à celui des objets, tantôt coq ou serpent, il se mue souvent en chevalet de peintre pour donner à voir les collages les plus divers et les plus inattendus.

Tristant Yseut echecs
Tristan boit le philtre d’amour, enluminure, 1470 du “Livre de Messire Lancelot du Lac” de Gautier de Map, fol. 239 (2e livre), Paris Bnf

Dorothea a-t-elle pensé à cette enluminure du XIVe siècle en composant son tableau ? Sur le bateau qui les emporte vers la Cornouaille, Tristant et Yseut boivent par mégarde le philtre d’amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *