L’attrait du hasard

« L’amusement que je prends à tirer un brusque parti d’un bizarre concours de circonstances m’a fait perdre beaucoup de parties d’échecs […] Je ne résiste pas à l’attrait d’un coup hasardeux, séduction de l’inopiné qui, dans certains cas, mais bien rares, peut mener aux plus fécondes découvertes. »

André Gide

Le poète Raymond Queneau décrivait le jeu d’André Gide comme « un jeu d’attaques et de pièges ». « On se croit un gangster », dit-il de lui dans son journal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *