Faisons semblant…

carroll alice échecs miroir

« Ce qu’il y a de sûr, c’est que la petite chatte blanche n’y fut pour rien : c’est la petite chatte noire qui fut la cause de tout. En effet, il y avait un bon quart d’heure que la chatte blanche se laissait laver la figure par la vieille chatte (et, somme toute, elle supportait cela assez bien) ; de sorte que, voyez-vous, il lui aurait été absolument impossible de tremper dans cette méchante affaire […] Kitty, sais-tu jouer aux échecs ? Ne souris pas, ma chérie, je parle très sérieusement. Tout à l’heure, pendant que nous étions en train de jouer, tu as suivi la partie comme si tu comprenais : et quand j’ai dit : « Échec ! » tu t’es mise à ronronner ! Ma foi, c’était un échec très réussi, et je suis sûre que j’aurais pu gagner si ce méchant Cavalier n’était pas venu se faufiler au milieu de mes pièces. Kitty, ma chérie, faisons semblant… ».

Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir

Les pièces de Charavines-Colletière

piece echecs Charavines
Reconstitution du site de Paladru

Sur le site de trois habitats construit au XIe siècle au bord du lac de Paladru (Isère) furent découverts, dans le bâtiment principal, au centre de la fortification, onze pièces d’échecs en bois de cerf, de noisetier, d’aulne et de saule. Les épaisses litières végétales répandues sur le sol, favorisaient la perte de petits objets. La montée des eaux du lac, amenant l’abandon du site trente ans plus tard, les recouvrit et les conserva en excellent état, les pièces en bois traversant habituellement mal les siècles.

 

« Alors que les dés et les jetons de trictrac sont recueillis dans les bâtiments secondaires ou les dépotoirs, explique Luc Bourgeois, les pièces d’échecs proviennent surtout de l’édifice central, occupé par des personnages d’un rang social plus élevé¹ », la famille dominante, riche et cultivée : les milites. « Ses membres possèdent des instruments de musique élaborés (muse, vièle) tandis que leurs voisins en ont de plus modestes (flûtes, flageolets). Toutefois, la différence de rang social entre les maîtres du domaine et leur entourage se marque également au niveau des jeux de table. En effet, si les échecs semblent l’apanage des premiers, les seconds jouent exclusivement aux dés et au trictrac.¹ »

Les pièces, de modèle arabe, antérieure aux années 1020, sont taillées au couteau dans des branchettes de bois tendre. Un cavalier, une tour et quelques pions sculptés dans des bois de cerf, plus noble, appartenaient sans doute au seigneur du lieu. Leurs tailles réduites, leurs formes et la simplicité des matériaux en font des pièces pour jouer au quotidien. On ne sais guère comment les joueurs différenciaient les deux camps. Les nuances de couleurs sont plus dues aux conditions de gisement. Pas de pigment rouge et blanc retrouvé, les couleurs habituelles de l’époque. Les incisions sur certaines pièces en os permettaient peut-être de les distinguer. Les échiquiers ne furent pas retrouvés.

¹ Luc Bourgeois : Introduction et mutations du jeu d’échecs en Occident (Xe -XIIIe siècles) dans Échecs et trictrac, catalogue de l’exposition présentée du 23 juin au 18 novembre 2012 au musée du château de Mayenne.

Pawnographie

Chess Mating, écrit, dessiné et réalisé par Ivan Dixon, nous offre un épisode glauque de la vie secrète des pièces d’échecs. Rubber House est un studio d’animation basé à Melbourne et à Sydney, dirigé par les réalisateurs Greg Sharp et Ivan Dixon. Rubber House crée des animations dessinées à la main pour des publicités, des vidéos musicales, des séries pour enfants et des jeux.

Monstre ailé

pièce échecs iran Saqqizabad
Pièce en ivoire découverte à Saqqizabad en Iran (9.8 x 6.7 cm), XI -XIIe siècle

Pièce persane, sans doute une tour. Un homme chevauche une créature ailée qui a perdu sa tête. Le cavalier porte un pantalon aux motifs hachurés et une veste avec des plis suggérés. Sa tête est également incomplète. La base est décorée par une bordure de perle.

L’ouverture Napoléon

Saviez-vous que notre empereur a laissé son nom à cette ouverture 1. e4 e5 2. Qf3. Ce qui nous prouve que Napo était plus à craindre sur un champ de bataille que devant un échiquier. Des malveillants disent, des Anglais sûrement, que cette ouverture serait une allusion désobligeante aux infidélités scandaleuses de Joséphine et de l’incapacité de notre petit grand homme à garder sa reine à la maison.

À Schönbrunn, Napoléon, dans sa partie qui l’opposa au Turc, l’automate créé par Kempelen, débuta par cette ouverture et l’assaut se termina en « Waterloo ! morne plaine ! ». Un grand scepticisme entourait cette machine, mais l’automate laissa néanmoins une marque importante dans l’histoire échiquéene. Ce n’est qu’en 1834 que Mouret, un de ses opérateurs, révéla la supercherie qui, par un jeu de glaces habilement dissimulées et de bras articulés, permettait à un joueur de petite taille de déplacer les pièces sur l’échiquier. Décidé d’en finir rapidement avec la machine, le Nabot Léon sort prématurément sa Joséphine…


Napoléon échecs kempelen turc