At Land

At Land (1944) est un film expérimental muet écrit et réalisé par Maya Deren. Récit d’un voyage onirique d’une femme, jouée par Deren, échouée sur une plage et rencontrant d’autres personnes et d’autres versions d’elle-même, « la lutte pour maintenir son identité personnelle », selon l’auteur. Le compositeur John Cage et le poète et critique de cinéma Parker Tyler participèrent à la réalisation et apparurent dans le film, qui fut tourné à Amagansett, Long Island.

« Maya Deren trouve un nouvel espace d’expérimentation, écrit Janos Valuska dans Sens Critique, une plage mentale puisque son personnage (elle-même) est d’abord là, étendu sur le sable, comme ayant été rejeté par les vagues, accouchées par l’océan. Et c’est toute une vie qui est racontée dans son odyssée où d’une scène à l’autre, le plan donc l’espace dans lequel elle évolue, change constamment : en grimpant un arbre décharné, son corps débarque sur une table de convives ; rampant sur la longue nappe (comme un enfant le ferait sous la table) elle entre dans une forêt de feuillage avant de devoir s’extirper d’une abrupte falaise, de s’en aller à travers des dunes, de retrouver une plage déserte. On y croise deux fois un jeu d’échec, comme si déjà, dix ans avant Bergman, la mort accordait un peu de répit au personnage. Deren trouve des idées dans chaque plan : le plan des dunes, stoppé puis repris, mais donnant l’impression de continuité pour faire rétrécir le personnage ; les élégantes transitions (en guise de faux raccords) entre les changements de lieux ; et ce moment glaçant, vers la fin, où le personnage court à travers le passé, se croisant à divers moments de sa vie, dans chacune des situations que l’on vient de voir. Film-rêve, somnambulique avec ces répétitions des mouvements, succession incohérente de plans de façon à accentuer le trouble de personnalité constant. Très beau. Doux et tragique à la fois. »

Le film intégral