Garin, le noble cœur

Garin charlemagne échecs

Charlemagne avait un jeune soldat nommé Garin. Tant était grande sa valeur qu’il gagna l’admiration des chevaliers et l’amour des belles-dames de la cour. L’impératrice, elle-même tomba sous le charme du galant jouvenceau. Mais l’honnête et fidèle Garin repoussa ses avances. L’impératrice, prise de remords ou vexée de l’affront, raconte tout à son impérial époux. Charlemagne fit appeler Garin et lui proposa :
Faisons une partie d’Échecs. Si tu gagnes, je t’offre mes deux royaumes, toutes mes possessions et mon épouse. Si je gagne, tu payeras cette défaite de ta vie !
Garin fut bien forcé d’accepter, mais Charlemagne ignorait que le damoiseau était un joueur expert et après une longue lutte d’attaque et contre-attaque, Garin accule son souverain et le mat. Charlemagne, dépité, accepte sa défaite :
Fait ce qu’il te plaît, prends ce qui a été promis.
Mais le chevaleresque Garin prouva, une fois de plus sa loyauté envers son maître, renonçant à ses gains.

Le noble jeu d’échecs ayant apparu au plutôt vers l’an mille, il est peu probable que l’empereur à la barbe fleurie ait règle son différent avec ce franc chevalier de cette manière.