The Ballad Of Bobby Fischer

La ballade de Bobby Fischer fait partie de la bande sonore du film 64 cases pour un genie Bobby Fischer (Liz Garbus, HBO Documentary Films, 2011). Texte, musique et interprétation de Micah Ellison.

When New York city summer sweats
And the boys are rolling their cigarettes
The girls are singing into their phones
But Bobby Fischer is all alone

Parks are buzzing with the birds and the bees
Friends are hugging into them trees
The lovers are kissing and exchanging their rings
But Bobby Fischer is playing 18 games

A screaming and crying in the YMCA
« Bobby Bobby why did you go away? »
His mother is whispering, quite alone
« Bobby Bobby where did you go? »

Newspapers rolls are all over town
From the glistening sky tops to the filth on the ground
They bang and explode all over Times Square
« Bobby is gone and no one knows where »

Is he in London or is he in Spain
As he cut off his hair, he changed his last name
Is he under that rock or behind that tree
Oh Bobby Bobby, where can you be?

Bobby came back with his poor little sack,
and his eyes were on fire and his fingernails cracked,
screamin and hollerin and stinkin of gin.
Oh Bobby, Bobby, where have you been?

« I’ve traveled this world, chasin the sun.
I lived as a king and I lived as a bum.
But to answer your question, it’s really quite clear:
I never was gone, cuz I never was here. »

Well they’re screamin and cryin at the YMCA,
« Bobby, Bobby, why don’t you go away? »
His mother’s whisperin, quiet and low,
« Bobby, Bobby, please boy, go. »

Micah Ellison

Quand les sueurs d’été de New-York
Et que les garçons roulent leurs cigarettes
Que les filles chantent dans leurs téléphones
Bobby Fischer est tout seul

Les parcs bourdonnent d’oiseaux et d’abeilles
Des amis s’étreignent sous les arbres
Les amoureux s’embrassent et échangent leurs bagues
Mais Bobby Fischer joue ses 18 parties

Cri et pleure dans l’YMCA
« Bobby Bobby pourquoi es-tu parti? »
Sa mère chuchote, toute seule
« Bobby Bobby où es-tu allé? »

Les journaux sont partout dans la ville
Des sommets scintillants aux sols crasseux
Ils claquent et explosent partout dans Times Square
« Bobby est parti et personne ne sait où »

Est-il à Londres ou est-il en Espagne ?
Il s’est coupé les cheveux, changé son nom de famille
Est-ce sous ce rocher ou derrière cet arbre ?
Oh Bobby Bobby, où peux-tu être ?

Bobby revint avec son pauvre petit sac,
et ses yeux étaient en feu et ses ongles craquelés,
Criant, hurlant et sentant le gin.
Oh Bobby, Bobby, où étais-tu ?

« J’ai voyagé dans ce monde, chassé le soleil.
J’ai vécu comme un roi et comme un clochard.
Mais pour répondre à ta question, il est vraiment clair :
Je ne suis jamais parti, parce que jamais je n’ai été là ! »

Eh bien, ils crient et pleurent au YMCA,
« Bobby, Bobby, pourquoi ne pars-tu pas ? »
Le murmure de sa mère, calme et bas,
« Bobby, Bobby, s’il te plaît, mon garçon, pars ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *