Les pièce de Warrington

En 1841, une pièce est découverte à Mote Hill, Warrington dans le Lancashire. Dix ans plus tard, une autre pièce est mise au jour sur le site. En bois fossile, ces pièces datent du XIIe siècle.

echecs warrington
Un cavalier et un pion du XIIe siècle

Ancient Chessmen, discovered in the Mote-Hill, Warrington, Lancashire
titrait l’Illustrated London News du 8 mai 1852

« Ces reliques intéressantes, peut-on lire dans l’article, dont la gravure offre une représentation précise, furent trouvées, à des intervalles de plusieurs années (1841 et 1851), dans un tumulus, connu sous le nom de Mote-Hill, à quelques centaines de mètres à l’est de l’église paroissiale de Warrington, dans le Lancashire. Toutes les autorités archéologiques, à qui on les a montré, pensent que ce sont d’antiques pièces d’échecs. Mais de nombreuses questions restent en ce qui concerne leurs âges et leurs pays.

Les pièces sont en bois fossile, ou brown-coal, remarquablement fin, un produit ligneux fossilisé, et de qualité similaire à celle obtenue du schiste alumineux du Yorkshire, où il est employé, encore aujourd’hui, dans la fabrication d’articles ornementaux. On le trouve aussi abondamment en France, en Saxe et en Prusse. M. Fosbroke, dans son Encyclopédie des Antiquités, déclare qu’avant l’ère chrétienne, les Bretons avaient l’habitude de tailler des anneaux et des perles dans ce matériau, les ornant de cercles imparfaits gravés par quelques instruments durs.

echecs warringtonL’étroite affinité que porte cette description aux reliques actuelles nous ramènerait d’abord à cette période de notre histoire pour leur origine ; mais toutes les autorités sont unanimes pour considérer que le jeu d’Échecs fut introduit dans Angleterre par les Danois, sous le règne de Cnute.

L’attachement insatiable des Saxons au « Jeu ​​royal » est peut-être un autre argument pour l’exactitude de cette date ; et les deux reliques ramenées au jour peuvent, dans un passé lointain, avoir été les jouets belliqueux d’un de ces Saxons propriétaires terriens sous le règne du roi Edward,   évoqués dans le Domesday Survey.

Le style d’ornementation est souvent un indice utile et précieux pour déterminer leur histoire. Nous avons la chance de posséder l’opinion de trois de nos archéologues des plus éminents. Après avoir déclaré avec conviction que les reliques étaient des pièces d’échecs, Sir Frederick Malden poursuit : « La période à laquelle elles appartiennent est une question plus difficile ; mais, d’après le style grossier de l’ornement, je les juge certainement antérieures au douzième siècle, et peut-être dès le dixième. L’exécution des pièces de Warrington est si primitive qu’elles peuvent avoir été exécutées par une main scandinave, anglo-saxonne ou une main allemande ; et sans doute, l’histoire et l’approvisionnement de la matière dont ils sont faits (comme dans le cas des Lewis Chessmen, en dents de morse), auront un poids considérable pour déterminer l’origine des personnes qui les ont sculptés et gravés. M. Charles Roach Smith ajoute que « les pièces peuvent dater du neuvième ou dixième siècle. Elles pourraient être aussi plus tardives, datant du douzième. Je ne peux pas penser qu’elles soient d’une date beaucoup plus récente et il est plus probable qu’elle soient plus vieilles ». M. Albert Way est d’accord avec M. Roach Smith sur la date qu’il assigne aux reliques, et considère en outre, indéniablement qu’elles furent fabriquées dans ce pays, et non par des envahisseurs étrangers ».