Docteur Chess et Mister Hyde

Difficile de trouver une autre activité humaine qui génère autant d’anecdotes comme les Échecs. Des siècles d’histoire, des centaines de personnages parfois bizarres mais toujours brillants et qui feront toujours de notre jeu « quelque chose à part » ! On a souvent dit que notre façon de jouer était une extension de notre personnalité, que nous menions nos parties comme nous menons notre vie. Ce qui fit dire sans doute à Karpov « Les Échecs, c’est la vie ! »

Il semble, cependant, exister quelques exceptions. William Winter, en particulier, joueur anglais (1898 -1955) de la première moitié du XXe siècle, défendait la thèse inverse, croyant que la personnalité des joueurs d’Échecs changeait devant l’échiquier, enracinant cette croyance dans sa propre manière de vivre. Devant l’échiquier, c’était un homme méthodique, calme et froid, d’un style positionnel tranquille où il se sentait en sécurité. En dehors de l’échiquier, c’était un être passionné, qui se laissait aller à la force de ses émotions, un révolutionnaire qui défendait ses idées sans soucis de conséquences, en plein contraste avec son style de jeu paisible.

William Winter

Il combattit pendant la Première Guerre mondiale, participa ensuite à la vie politique de son pays, défenseurs de toutes les libertés, ce qui le conduit en prison pour sédition ! Menant une vie bohème, abusant souvent de l’alcool, il brûlait sa vie par les deux bouts, toujours dans une urgence, comme s’il n’allait pas avoir le temps de terminer la partie. Et devant l’échiquier, il fut ce joueur toujours froid et calculateur, sans jamais avancer d’un pas s’il n’était pas parfaitement bien ancré dans sa position, version échiquéenne du Docteur Jekyll et Mister Hyde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *