Voile échiquéen

fatwa echecs

En 2016, le Cheikh Abdulazziz Bin Abdullah, grand mufti d’Arabie Saoudite, la plus haute autorité religieuse du royaume saoudien, a lancé une fatwa contre le jeu d’échecs, qu’il qualifie « d’œuvre de Satan », au même titre que l’alcool ou les paris. Les échecs sont « une perte de temps et d’argent, à l’origine de haines et d’hostilités entre les joueurs ».

Les échecs n’ont pas toujours été tenus en odeur de sainteté par les religions. À un moment ou un autre, ils furent interdits par l’une d’elles, qu’elle soit chrétienne, musulmane ou juive. Après la révolution islamique de 1979, jouer aux échecs en public était interdit en Iran, car ils encourageaient les jeux d’argent (haram). Les joueurs entrèrent alors dans la clandestinité avec leurs échiquiers et leurs pièces. Une décision levée neuf ans plus tard par l’ayatollah Rouhollah Khomeini. En 1988, il publie un décret religieux autorisant le jeu d’échecs pour les musulmans tant que l’on n’y associe pas l’argent et qu’il ne retarde pas les prières obligatoires ou amène à négliger ses fonctions. L’Ayatollah a changé d’avis après avoir admis que les échecs avaient des valeurs éducatives et intellectuelles élevées. Les échecs ont fait un retour spectaculaire dans les parcs, au travers de la création de palais d’échecs, et l’apparition de grands-maîtres tels Morteza Mahjoob, Amir Bagheri, Ehsan Ghaem Maghami. En octobre 2000, le championnat du monde des échecs féminins pour les moins de 12 ans fut remporté par l’Iranienne Atousa Pourkashian lors du tournoi qui s’est déroulé à Madrid. L’Iran organisa un récent championnat du monde des moins de 10 ans et aujourd’hui, la Fédération des échecs d’Iran occupe l’un des plus beaux bâtiments parmi toutes les fédérations sportives du pays et partout dans le pays éclosent des clubs d’échecs.

Avant l’Ayatollah, l’Iran, sous le Shah, était le seul pays islamique qui organisait des échecs et participait à des tournois, y compris la 22e olympiade d’échecs en Israël en 1976 à Haïfa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *