Valve de miroir

Parmi les rares objets profanes gothiques conservés, les valves de miroir forment une série attachante et représentative de l’art courtois. Présent dans tout nécessaire de toilette raffiné, les boîtes de miroir en ivoire, ornées de scènes, abritent un miroir de métal poli.

valve miroir erotisme courtois echecs
Ivoire, France XIVe siècle 8,6 x 8,4 cm – Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Objets de toilette de luxe, les valves de miroir étaient formées d’une paire de plaquettes d’ivoire, rondes ou carrées, cantonnées ou non de dragons et reliées entre elles par un lien ou un pas-de-vis. Sculptées de bas-reliefs sur la face extérieure, elles abritaient à l’intérieur un petit miroir de métal poli. Les sujets illustrés évoquaient des scènes de romans courtois à la mode (Tristan et Yseult, Roman de la table ronde) ou des épisodes de la vie courtoise contemporaine (jeu d’échecs, départ pour la chasse, siège du château d’Amour, Offrande du cœur, Couronnement de l’Amant).

Valves du XIVe, Gothic Ivories Project – The Courtauld Institute of Art London, 2018

La plupart des valves de miroirs gothiques évoquent des couples d’amoureux. Le motif du jeu d’échecs s’inscrit dans cette vogue. Jeu intellectuel et stratégique, il symbolise parfaitement l’amour courtois régit lui aussi par des lois précises. Il s’oppose en cela au jeu de dés, symbole de l’amour brutal et débauché.

Ces scènes raffinées recelaient un symbolisme érotique évident pour l’homme du Moyen Âge : le joueur tenant le mat ou un oiseau de proie, la jambe repliée, la couronne tenue à la main par une servante, allusion au couronnement des vœux de l’amant, évoque l’union charnelle future des deux amoureux, les plis de la robe de la noble dame, évoquant le sexe féminin, suggéraient que la partie se poursuivrait sans doute par de plus doux combats.