L’échiquier de Tom Sachs

Exécuté en 2009, cette œuvre de Tom Sachs est le numéro 6 d’une édition de 15.

Tom Sachs est un artiste plasticien new-yorkais né en 1966. Son travail, assemblage d’objets du quotidien et utilisation détournée de marques et de logos immédiatement reconnaissables, dénonce les travers de la société et de l’impérialisme culturel américain, la société de consommation, le poids des entreprises et le progrès technologique.

Pauvre Steinitz

Le pauvre Wilhelm Steinitz (1836-1900) mourut dans un asile d’aliénés, le Manhattan State Hospital (Ward Island) de New-York et fut enterré au cimetière Evergreen de Brooklyn, Bethel Slope Section, lot 5896. Sa date de naissance inscrite sur sa tombe est fausse. Il est né le 17 mai 1836, alors qu’elle indique le 14 mai 1837. Les inscriptions sur sa pierre tombale sont écrites en allemand, mais son prénom est anglicisé, William à la place de Wilhelm. Au moins, le sommet de sa pierre tombale est un échiquier.

Les Eschéz d’Amours

Eschéz Amours

Les Eschéz d’Amours constituent une vaste allégorie encyclopédique, l’une des plus longues de l’ère médiévale, dans la tradition du Roman de la Rose, traitant des questions d’amour, de politique, d’économie, de musique, de médecine, d’apprentissage courtois et de loisirs à l’époque de Charles Quint. Dans le prologue, le narrateur consacre son travail à ceux qui aiment « le jeu agréable et délicieux ».

A tous les amoureux gentilz,
Especialment aux soubtilz
Qui aiment le beau jeu nottable,
Le jeu plaisant et delitable,
Le jeu tres soubtil et tres gent
Des eschéz, sur tout aultre gent,
Vueil envoyer et leur presente
Ceste escripture cy presente,
Car il y trouveront comment
Je fuy au jeu, n’a pas granment,
D’une fierge en l’angle matéz
Par les trais-tant fuy pros hastéz
De celle qui, au voir retraire,
Si gracïeusement scet traire
Au jeu que je dy des eschés,
C’onques tant n’en sot Ulixes.

À tous les amants nobles,
Spécialement aux subtils
Qui aiment le beau jeu,
Le jeu agréable et délicieux,
Le jeu d’échecs très subtil et très noble,
Au-dessus de tous les autres,
Je souhaite leur envoyer et leur présenter ce texte,
Car ils trouveront comment
J’étais, il n’y a pas longtemps,
D’une Reine dans un angle maté
Par les coups — tant rapidement fut expédié
D’une femme qui, à vrai dire,
Si gracieusement sait jouer
Au jeu que j’ai mentionné, les échecs,
Que même Ulysse n’en sait autant.

Le vampire vaincu par la croix

jeu échecs vampire croix

XIXe siècle, en plein romantisme. Un écrivain, grand amateur d’échecs, tous les soirs allait à l’auberge voisine jouer sa partie. Pour dire la vérité, ce n’est pas que le jeu qui le motivait. Il y avait rencontré une fort jolie femme dont il était amoureux éperdu. Et il jouait avec cette étrange et pâle jeune fille aux cheveux noirs de chastes parties jusqu’à très tard dans la nuit. La belle inconnue jouait calmement, les yeux rougis apparemment par son intense concentration sur l’échiquier. Mais une nuit, elle parut nerveuse, ce qu’il, aveugle d’amour, remarqua à peine. Soudainement, portant sa main vers la fenêtre dans un accès de nervosité, elle érafla la vitre. Et frissonnant, le jeune homme vit apparaître deux crocs affilés aux commissures de ses jolies lèvres pulpeuses.

Je suis désolé pour toi mais je dois te mordre, dit-elle, j’ai faim et je n’ai pas dîné. Comment s’était-il laissé berner par un vampire ?
Que puis-je faire ? pensa-t-il, palissant d’effroi.
N’essaie pas de fuir, ajouta-t-elle, le voyant tourner son regard vers la porte. Dès que tu sortiras d’ici, je te rattraperai.

Essayant de gagner du temps, comme dernière volonté, il demande à la créature de le laisser vivre jusqu’à la fin de la partie. La goule accepte. Faisant traîner, l’écrivain tente de grappiller quelques minutes en vain. À son tour de jouer, elle le fait rapidement pour en finir au plus tôt. Peu lui importe le résultat. Le prix, pour elle, sera le sang de sa victime. Le vampire s’agace et, l’air malheureux, l’écrivain fait quelques coups rapides jusqu’à cette position :

Un Roi viking

Habrough viking echecs

En 1986, des travaux dans l’église St Margaret à Habrough, au nord-est du Lincolnshire en Angleterre, mirent au jour une très rare pièce d’échecs, connue aujourd’hui sous le nom de The Habrough Chessman ou The Habrough Viking Chess Piece. Du début du Moyen Age, sculptée dans une corne de cerf, la pièce est probablement un roi, peut-être la reine, d’un ensemble médiéval d’origine viking.

Elle témoigne du glissement progressif du modèle arabe abstrait vers un style européen imagé. La base avec ses escaliers stylise encore le trône, alors que la partie sommitale s’humanise en un visage.

Les tribulations d’un roi indien au cours de son voyage vers l’Europe.

Réussite ou Échecs ?

sens caché échecs
Le Chat de Philippe Geluck

« Quand j’étais plus jeune, je me souviens avoir acheté un livre sur le jeu d’échecs, un beau livre écrit en français dont j’ai oublié le nom de l’auteur. Le livre était intitulé Les échecs faciles pour tous et comme le français n’était pas ma première langue, j’ai donné une interprétation déplacée du titre. Je me suis dit, après tout, c’est facile d’échouer ! Il suffit de ne rien faire !

Le jeu d’échecs ! Cette appellation donne au noble jeu une connotation négative et ressemble parfaitement au mot échec. En réalité, cela veut dire le contraire, car l’enseignement du jeu d’échecs est la réussite et non l’échec ! »

Aouni Abdelaziz, Le Sens caché des échecs – Edilivre

Peinture orientaliste

peinture orientaliste échecs
Une partie amicale – Paul Dominique Philippoteaux (1845-1923), huile sur toile

La peinture orientaliste reflète la vision occidentale de l’orient. Ce n’est pas à proprement parler un style, un mouvement ou une école. Cet intérêt apparut au courant du XVIIIe siècle, mais c’est surtout au XIXe siècle qu’il connaîtra son apogée pour décroître au XXe siècle, l’indépendance de l’Algérie en 1962 marquant la fin de la peinture orientaliste, en France du moins. D’un point de vue technique, cette peinture est lumineuse et contrastée, marquée par l’utilisation de couleurs chaudes, privilégiant des teintes rouges, jaunes ou brunes. Les échecs, nous venant d’orient, furent un des thèmes classiques pour ces peintres.