Les Échecs en Europe au 5e siècle ?

La pièce de Butrint

En 2001, une équipe d’archéologues britanniques mit au jour une pièce d’échecs en ivoire dans les ruines d’un palais byzantin dans l’ancienne ville de Butrint de l’actuelle Albanie méridionale, preuves selon eux que les Européens jouaient aux échecs dès le sixième siècle. Jusqu’à présent, les historiens avaient convenu que le jeu, né en Inde, ne devint populaire auprès de l’élite européenne qu’au pourtour de l’an 1000.

L’archéologue anglais John Mitchell a déclaré que l’équipe avait exclu la possibilité que l’objet ait quelque chose à voir avec d’autres jeux de société tels que le backgammon ou la tabula romaine. Le professeur Richard Hodges déclarait alors : « Nous nous demandons si c’est un roi ou une reine parce qu’il a cette petite croix, mais nous ne sommes pas sûrs. »

Une reine ? Cela nous forcerait à réécrire encore plus radicalement l’histoire des échecs, car jusqu’à présent, nous étions convaincus que la reine fut introduite progressivement en Europe occidentale à partir du XIIe siècle. Peut-être que Hodges voulait peut-être parler du  Firzan, précurseur de la reine, mais cela ne semble pas non plus logique, car pourquoi un simple conseiller du roi porterait-il une couronne ?

La pièce en ivoire, haute de quatre centimètres, se tient sur cinq petits pieds soutenant une base ornée d’un motif végétal. Le corps, strié et renflé, se terminant par une croix sommitale plus ou moins pyramidale, diffère complètement des pièces indiennes et perses de cette époque. Cependant, sa forme verticale est celle des pièces utilisées dans le jeu des rois. La présence de la croix, selon l’éminent professeur, résulterait du voyage du jeu de l’Inde vers les terres méridionales chrétiennes. Mais nous savons aujourd’hui que les échecs sont nés autour du VIe siècle en Perse ou en Inde et sont entrés en Europe au début du IXe siècle via l’Espagne ou deux siècles plus tard, venant de l’Afrique du Nord par la Sicile et l’Italie. Ils se frayèrent également un chemin vers la Scandinavie au travers des vastes étendues sauvages de la Russie.

« Si c’est vraiment une pièce d’échecs, pense Thomas Thomsen, elle est sans doute beaucoup plus tardive, bien que trouvé dans une couche plus ancienne, un soldat jouant aux échecs dans le voisinage du XVIIe siècle a pu la perdre dans une fissure. De plus, il est bien connu que de petits objets peuvent être transportés par des animaux tels que des souris vers les couches inférieures. La croix décrite, ne ressemblant ni à une chrétienne, ni à une orthodoxe, pourrait ne pas être une croix du tout. De telles croix surmontant les pièces ne deviennent communes qu’au XIXe siècle. Pas moins étonnants sont ces 5 pieds. Les pièces d’échecs n’ont normalement pas les pieds, mais une base plate. Pourquoi une pièce se déplacerait-elle au travers de l’échiquier sur cinq pieds ? Ils entraveraient gravement la manipulation de la pièce. De tels pieds ne seraient guère plus pratique pour jouer sur un échiquier en tissu. Je crois que les archéologues ont trop hâtivement supposé que leur découverte était une pièce d’échecs datant du Ve siècle » conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *