A game of Chess

Marcel Dzama
Marcel Dzama, The fatal sister, 2014. Les pièces de chaque côté sont celles des tampons de Marcel Duchamp.

Marcel Dzama, né en 1974 à Winnipeg, est un artiste canadien influencé par Dada et Marcel Duchamp. Son œuvre est peuplée d’humains, d’animaux et hybrides dans une palette de bruns foncés, de gris, de verts et de rouges, langage visuel bien reconnaissable. Il explore les actions et les motivations humaines, souvent par le biais de violences érotiques, grotesques et absurdes, univers de fantasmes enfantins et de contes de fées, mondes fantaisistes et anachroniques. Connu pour ses travaux sur papier, Dzama a élargi, ces dernières années, sa pratique pour inclure la sculpture, la peinture, le film, les polyptyques à grande échelle et les dioramas. Voici son film A Game of Chess de 2011.

Habillés dans des costumes géométriques en papier mâché, en plâtre et en fibre de verre, portant des masques élaborés (y compris un masque quadruple pour le roi), les personnages évoluent sur l’échiquier, défiant leurs adversaires dans des combats mortels. L’action se coupe pour revenir à deux hommes jouant aux échecs dans un paysage désert, semblant contrôler le mouvement des pièces. La distinction entre la réalité et la fiction devient finalement floue, car les personnages costumés et les personnages de la « vie réelle » du film sont « tués ». De cette façon, l’histoire rappelle la prédilection surréaliste de la logique des rêves par rapport à la forme narrative conventionnelle.