Les années 90

années 90
Jihel, pseudonyme de Jacques Camille Lardie, né le 26 juin 1947 à Périgueux, est un journaliste d’investigation, photographe, lithographe, sérigraphe, éditeur, dessinateur de presse, caricaturiste et sculpteur français, proche du mouvement libertaire.

Il est surtout connu pour ses créations de cartes postales satiriques historiques et théâtrales qui ont fait le tour du monde. Celles-ci font partie de  la période politique dite de dessin de presse, très souvent en noir et blanc. elles furent éditées en tirage limité.

UNE RÉFLEXION SUR « LES ANNÉES 90 »

Les pièces de Pineuilh

Le site de Pineuilh à La Mothe en Gironde est une des bastides créées au Moyen Âge, dans l’objectif de constituer de nouveaux foyers de population. Il offre une image d’une résidence aristocratique à la charnière de l’An Mil. Les douves ont livré un équipement complet de chevalier et des pièces de jeu témoignant de préoccupations rares dans les sociétés d’alors.

pieces Pineuilh
Pion de Pineuilh, deuxième moitié du XIe siècle

Cinq pièces d’échecs sont issues des fouilles. Une superbe pièce représente un pion (pedes), le piéton, aux détails anatomiques très réalistes, reposant nu sur un socle. Assis sur ses talons, posture humble du subalterne, cheveux cours dégageant la nuque à la mode de ce temps. Une arme de poing non noble à la main. Dans la bataille médiévale, les pedites affrontent le premier choc avec l’ennemi afin de faciliter la tâche des chevaliers, chair à canon d’avant les canons. La position rappelle celle du cavalier de Loisy, mais, plus élevé dans l’échelle sociale, lui n’avait qu’un genou à terre et portait les armes (épée et bouclier) du chevalier. « La figuration de ce pion implique un jeu d’échecs d’ores et déjà intégré en tant que jeu et se détache du modèle islamique dont les pièces sont par ailleurs également présentes sur le site¹ ».

pieces Pineuilh
Pion d’échec en os animal, XIe siècle, découvert à Pineuilh (Gironde) d’une superbe qualité de l’exécution. Le jeu d’Échecs reste encore réservé à l’élite.

La tour, roc, reste dans le pur style arabo-andalou et de facture plus grossière malgré le soin particulier de l’artisan à lisser les faces.

pieces Pineuilh

La présence de telles pièces sur ce site, de même que sur celui de Loisy, deux habitats fortifiés par des hobereaux locaux, loin d’être des seigneurs de haut rang, révèle que les échecs sont maintenant utilisés de façon courante.

¹ Échecs et trictrac – Fabrication et usages des jeux de tables au Moyen Âge, catalogue de l’exposition présentée du 23 juin au 18 novembre 2012 au musée du château de Mayenne, sous la direction de : Mathieu Grandet et Jean-François Goret

Jouer à l’aveugle

« … on n’avait pas à faire à des pièces visibles, audibles, palpables, dont la ciselure précieuse et la matérialité le gênaient toujours et qui lui semblaient la grossière enveloppe terrestre de forces invisibles et merveilleuses. C’est quand il jouait à l’aveugle qu’il ressentait ces forces diverses dans leur pureté originelle. Alors, il ne voyait plus ni la crinière roide des chevaux, ni les petites têtes luisantes des pions, mais sentait que telle ou telle case imaginée était occupée par une force qui s’y concentrait, de sorte que le mouvement de la pièce se présentait à lui comme une décharge, un coup de foudre ; tout le champ de l’échiquier frémissait d’une tension dont il était maître, accumulant ou libérant à sa guise la force électrique. »

Vladimir Nabokov, La défense Loujine