Se bien garder de vaincre son maître

Baltasar Gracián

Un Seigneur Espagnol, ayant joué très longtemps aux Échecs avec Filippe II et gagné toutes les parties, s’aperçut au sortir du jeu, que le Roi avait un profond chagrin. C’est pourquoi, dès qu’il fut de retour à la maison : « Mes enfants, dit-il, nous n’avons plus que faire à la Cour, il n’y fera jamais bon pour nous, car le Roi est offensé de ne m’avoir pu gagner aux Échecs » (jeu, où tout dépend de l’esprit des joueurs, et non du sort).

Baltasar Gracián, L’homme de Cour,  traduit et commenté par le sieur  Amelot  de la Houssaie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *