La science de l’échiquier

science échiquier

Il serait à désirer que la science de l’échiquier fût cultivée dans les collèges, où nous apprenons tant de choses fastidieuses qui ennuient l’enfant et ne servent pas à l’homme. Il y a au fond du jeu d’échecs une philosophie pratique merveilleuse. Notre vie est un duel perpétuel entre nous et le sort. Le globe est un échiquier sur lequel nous poussons nos pièces, souvent au hasard, contre un destin plus intelligent que nous, qui nous mate à chaque pas. De là tant de fautes, tant de gauches combinaisons, tant de coups faux ! Celui qui, de bonne heure, a façonné son esprit aux calculs matériels de l’échiquier, a contracté à son insu des habitudes de prudence qui dépasseront l’horizon des cases.

Joseph Méry, Le joueur d’échecs (1840)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *