Propédeutique échiquéenne

Propédeutique échiquéenne

Les Échecs sont « une très bonne école de concentration, de discipline intellectuelle. Pour moi, en tant que gymnastique de l’intellect, cela vaut les mathématiques ou la version latine. On apprend à se confronter à des difficultés, à les anticiper, on développe un vrai sens stratégique. À titre propédeutique, on devrait faire tous les matins une séance de barre pour le corps et une partie d’Échecs pour l’esprit ».

Éric-Emmanuel Schmitt

Le jeu d’échecs de Noyon

échecs Noyon

En juin 1986, dans le centre de Noyon, une fouille archéologique mis en évidence toute l’évolution d’un quartier, de la période gallo-romaine à nos jours. Au fond d’un puits, qui servit de latrines à partir du XIV, fut découvert dix pièces en bois de cervidés, deux rois, une reine, un fou, deux cavaliers, deux tours et deux pions. Taillées dans la tige principale ou dans la pointes des andouillers, une enveloppe de tissu compacte entoure un cœur spongieux.

échecs Noyon
Utilisation des différentes parties d’un bois de cerf pour les pièces d’échecs. J.-F. Goret, Musée du Noyonnais.

Les pièces, fabriquées dans les différentes parties d’une ramure de bois de cerf, présentent une grande homogénéité. Rois, reine, cavaliers et tours sont sculptés dans la perche, ou merrain du bois de cerf, les pions dans les pointes d’andouillers. Les figures sont d’un seul tenant, à l’exception des rois et sans doute de la reine dont les têtes schématiques sont fixées par une tige insérée dans la masse spongieuse. Les pièces étaient habituellement colorées pour distinguer les deux camps, mais l’examen de ces pièces n’a pas révélé la trace de pigment au fond des cannelures. Des hachures par endroits sur une partie seulement des figurines permettaient de différencier les pièces amies et ennemies.

échecs Noyon
Rois et Fierce

Rois et Reine (fierces) sont assez semblables et peuvent poser un problème d’identification aux archéologues si une seule pièce est représentée parmi les découvertes. Si elle possède un tenon figurant une tête et une couronne, on reconnaîtra le roi, comme c’est le cas ici. Les pièces en forme de trône, sans appendice sommital, seront des fierces. Également, comme dans le jeu moderne, la distinction du roi avec le fierce repose sur une différence de taille, les rois étant un peu plus grands.

échecs Noyon

La quatrième pièce (5,6 cm de hauteur) est un cylindre au sommet oblique, offrant un relief triangulaire en forme de visage, surmonté de deux ergots quadrangulaires et de cannelures verticales sur le revers. C’est bien un alfil, l’éléphant, notre fou moderne. « Pour comprendre la signification de ces reliefs, peut-on lire dans Le jeu d’Échecs de Noyon dans son contexte archéologique et historique, il est nécessaire de revenir sur l’origine de cette pièce. Lorsque les Arabes on conquit l’Iran à partir de 651, ils ont découvert un jeu oriental dont les pièces étaient réalistes, avec un décor très riche. Pour respecter les lois de l’Islam, en particulier, les interdits sur la représentation des êtres vivants, ils ont stylisé fortement les objets. Ainsi, l’éléphant du jeu oriental est devenu l’al fil sous la forme d’un cylindre doté de deux protubérances rappelant les deux ivoires de l’animal. Lorsque la pièce arrive sous cette forme en occident, les joueurs interprètent cette représentation. Sur le continent, on reconnaît les deux pointes du bonnet d’un bouffon d’où la généralisation du fou sur l’échiquier. Dans les îles anglo-saxonnes, ces deux protubérances sont perçues comme les extrémités de la mitre d’un évêque ».

échecs Noyon
Les Cavaliers

Les Cavaliers sont assez semblables au Fou. Mesurant environ 6 centimètres, ils ont le revers du corps cannelé. Une tête triangulaire au visage schématisé aux arêtes vives a le front creusé d’une gorge et surmonté de deux protubérances peu marquées représentant un casque ou les oreilles du cheval.

échecs Noyon
Les Tours

Les Tours mesurent respectivement 54 et 55 mm avec une profonde entaille au sommet pour former deux cornes latérales, évoquant la forme d’une mitre. Forme classique que l’on retrouve partout en Europe. Enfin les pions, taillés dans les pointes des andouillers, en pain de sucre cannelé d’une trentaine de millimètres de haut :

échecs Noyon
Les pions

Fabrication sans doute d’un même artisan local, au style abstrait, proche encore de celui des jeux d’échecs arabes, mais les vêtements, suggérés par les cannelures verticales et les têtes stylisées sont une ébauche des figurines qui remplaceront bientôt les pièces orientales plus épurées.