Alekhine vs Capablanca

La connaissance de la nature humaine et de la psychologie de son adversaire est indispensable. Auparavant, on se battait contre des pièces. Aujourd’hui, c’est contre l’adversaire, sa personnalité, sa vanité.

Alexandre Alekhine

« Quand vous prenez place d’un côté de l’échiquier, rétorquait José Raúl Capablanca, oubliez votre adversaire et ne songez qu’à la position. Que vous considériez les Échecs comme un art, un sport ou une science, n’essayez surtout pas d’y mêler la psychologie, elle vous détournera de la réalité des Échecs ».

Hector Servadac

Roman d’aventures de Jules Verne, paru en 1877, Hector Servadac est l’un de ses ouvrages les plus drôles et hallucinés. Hector et quelques terrestres se retrouvent sur une comète après que celle ci eut frôlé la terre, lui arrachant au passage de l’atmosphère, de l’eau etc. Ils entreprennent alors un long voyage de deux ans dans le système solaire. Beaucoup de personnalité différentes vont ainsi cohabiter et faire ressortir les défauts négatifs et positifs de la nature humaine. Roman atypique qui ouvre une nouvelle dimension de science fiction.

Hector Servadac
Illustration de Paul Dominique Philippoteaux pour la première édition de Hector Servadac (1877)

« Je prendrai votre fou si vous voulez bien le permettre, dit le brigadier Murphy, qui, après deux jours d’hésitation, se décida enfin à jouer ce coup, longuement médité.

— Je le permets, puisque je ne puis l’empêcher », répondit le major Oliphant, absorbé dans la contemplation de l’échiquier.

Cela se passait dans la matinée du 17 février – ancien calendrier –, et la journée entière s’écoula avant que le major Oliphant eût répondu au coup du brigadier Murphy.

Du reste, il convient de dire que cette partie d’échecs était commencée depuis quatre mois, et que les deux adversaires n’avaient encore joué que vingt coups. Tous deux étaient, d’ailleurs, de l’école de l’illustre Philidor, qui prétend que nul n’est fort à ce jeu, s’il ne sait jouer les pions, – qu’il appelle « l’âme des échecs ». Aussi, pas un pion n’avait-il été légèrement livré jusqu’alors.

C’est que le brigadier Hénage Finch Murphy et le major Sir John Temple Oliphant ne donnaient jamais rien au hasard et n’agissaient, en toutes circonstances, qu’après mûres réflexions.

Jules Verne