Les Pions Maudits

Pions Maudits
Les Pions Maudits, éditée par ElviFrance en janvier 1975

Les cheveux vous dresseront-ils sur la tête, comme à cette charmante jeune fille rousse, quelque peu dévêtue, à la lecture de l’effroyable histoire du jeune Maxililien et des événements étonnants qui causèrent la chute de sa lignée et sa mort précoce et malheureuse ? Terrificolor est une série de bandes dessinées, gentiment érotique, éditée par ElviFrance. Les Pions Maudits sont le troisième opus, paru en janvier 1975. Les auteurs sont inconnus.

Maximilian Jones, jeune homme de l’aristocratie galloise, vient de terminer ses études et rentre chez lui, au château appartenant à sa famille depuis longtemps et qu’il vient de recevoir de son père. L’explorant, il découvre une pièce dont la porte est scellée, y dénichant un antique jeu d’Échecs.

Son père, pour fêter son retour, organise une soirée. Il y rencontre la belle Sandy McDaniels. Lui faisant découvrir les trésors de sa demeure, il lui montre sa récente trouvaille.

En dépit de cette macabre découverte, Maximilien propose une partie à l’un des invités, Sir Douglas.

Pions Maudits

Le jeune homme gagne brillamment.

Pions Maudits

Les invités se retirent. Poursuivi par un gigantesque cavalier noir, la nuit de Maximilien est assombrie de cauchemars inquiétants. Au matin, Maximilien a oublié ses sombres rêves et une partie de chasse est organisée. Le cheval de Sir Doublas se cabre, entraînant sa chute et sa mort. De retour au château, triste et nerveux, Maximilien ressent une étrange et impérieuse envie de jouer. Tous les invités déclinent son offre, à l’exception de son père.

Pions Maudits

Maximilien bat son vieux père en quelques coups.

Pions Maudits

Au cours de la nuit, l’ancien se réveille et, pour profiter de la fraîcheur nocturne, grimpe au donjon. Un rat surgit inopinément, le faisant sursauté, et le vieil homme bascule dans le vide. Après cette double tragédie, Maximilien prend conscience que ces morts, survenues après une partie, ne sont pas fortuites. Que la pièce qui donna le coup final est intimement en relation dans les deux cas : le Cavalier pour sir Douglas et la Tour pour son malheureux père.

Pions Maudits

Maximilien fait part à Sandy de ses soupçons : l’échiquier est ensorcelé et cause la mort du vaincu. L’exécuteur est un équivalent de la pièce qui donne le mat et la mort. La jeune femme, âme forte, ne croit pas à de telles balivernes et pour lui prouver, lui propose une partie. Il refuse par crainte que la malédiction se porte sur sa bien-aimée. Mais ce que femme veut… Elle lui propose de jouer dévêtue !

Pions Maudits

 Après la partie et, sans doute, quelques prolongements, les deux amants se promènent dans la salle d’armes. Maximilien glisse, heurte une armure, une hallebarde se décroche et blesse mortellement la jeune femme. L’échiquier est bien maudit. Désespéré, il tente de le détruire par le feu pour seul résultat, l’apparition d’un spectre (en petite tenue, comme il se doit)

Pions Maudits

« Je suis Dorothee Smallsonn, dit le spectre, et je vais te conter l’histoire de ta famille et pourquoi tu vas mourir ». Dorothee était la reine d’un petit royaume irlandais. Devant fuir la guerre, elle croit trouver refuge au château de Sir Archibald Jones, ancêtre de notre héros. Mais, ce Jones là, est de mauvais aloi, traître et sadique. Il jette la jeune fille dans un cul de basse fausse et la soumet à d’odieux sévices, se fabriquant un jeu d’Échecs avec ses restes.

Pions Maudits

Avant de trépasser, la jouvencelle lance sa malédiction : « Qui jouera avec ces pièces et perdra… perdra la vie ». Mais Archibald est un fort joueur et ne perdit aucune partie de son vivant.

Mais je n’ai jamais perdu une seule partie ! se défend Maximilien.
C’est ma main spectrale qui te guidait et tu es le dernier de ton engeance. Tu dois mourir ! lui répond-elle implacable et disparaissant.

Au cours de la nuit, les cauchemars l’assaillent à nouveau et le voilà pièce d’échecs, jouant pour sa vie. Sir Douglas et son père sont sur l’échiquier. Il perdra bien sûr.

Lecteurs, si du moins, la terreur de cette horrifique histoire ne nous as pas obscurci le jugement, nous pouvons nous désoler du peu de connaissance des lois échiquéennes des forces de l’enfer, qui s’entêtent à placer l’échiquier une case noire à la droite des joueurs, ce qui, ici-bas ou dans le royaume des enfers, ne sera jamais permis ! Mais n’est-ce pas l’astuce du démon, de transformer le bien en mal, de remplacer la lumière par l’obscurité ? Et le lendemain matin…

Pions Maudits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *