Remotivation

Rudolph Spielmann

Lorsque Rudolph Spielmann perdait ses parties, il avait l’habitude de sombrer dans un complet découragement. Cela lui arriva ainsi à Carlsbad en 1923. Dans la troisièmement ronde, il battit Reti, mais il perdit la quatrième contre Rubinstein et commença à tout perdre.

Un soir, Reti le culpabilisa : « Mon vieux Spielmann, vous qui êtes l’un des plus grands joueurs d’attaque de tous les temps, je me sens presque enclin à me demander si c’était joli de votre part de m’avoir battu si brillamment à la troisième ronde pour ensuite si simplement faire cadeau de mes points à mes concurrents ! »

Cela du émouvoir Spielmann qui assura :

Bon, demain, je vais gagner ! Ce qui étonna beaucoup Reti.
Mais vous jouer contre Alekhine !
Cela ne fait rien.
Et vous avez les noirs !
D’autant mieux.

Reti ne fut pas convaincu et pensa sincèrement que Spielmann allait se faire massacrer. Ce qui donna cette partie :

Rudolf Spielmann, né en 1883 à Vienne et mort le 20 août 1942 à Stockholm, était surnommé « le maître de l’attaque » et « le dernier chevalier du gambit du roi ». Par son jeu, ponctué de sacrifices et de thèmes nouveaux, il imposait à son adversaire de jouer pour le gain. Lors du tournoi de Carlsbad, aucune de ses parties ne s’est terminée par une nulle. « Un bon sacrifice n’est pas nécessairement celui qui est correct, mais celui qui laissera votre adversaire ahuri et confus », disait-il. Pragmatique, il conseillait : « Ne cherchez pas toujours et objectivement le meilleur coup. Il n’existe pas. Tout cela est question de goûts. Cherchez simplement celui qui vous convient ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *