Échequiatrie

Steinitz folieProfondément ébranlé par la perte de son titre devant Lasker, en 1896 (voir l’article Interné comme fou à cause d’un tub !), Steinitz est hospitalisé dans une clinique psychiatrique de Moscou, début février 1897. Sa jeune secrétaire russe, inquiète du comportement étrange du vieil homme, alerte le consul américain Bielhardht qui décide l’internement pour éviter le scandale. Sur la promesse du consul de venir le chercher d’ici deux jours, Steinitz accepte. Mais personne ne vint chercher le pauvre Steinitz. Une situation terrible se met alors en place, une histoire de fous au sens propre et figuré. Pendant quelque temps, manifestement, les médecins pensent avoir à faire à un insensé prétendant être un grand joueur d’Échecs. Les fenêtres de sa cellule sont opaques et ne peuvent être ouvertes, l’air est étouffant et la lumière électrique, jour et nuit, l’empêchent de dormir. Fumer lui est interdit. On le force à prendre des bains chauds et devant ses récriminations, un gardien le frappe violemment au visage.

Finalement, on prit conscience de qui il était réellement et les soins s’améliorèrent. Il put avoir sa chambre, mais la porte ne pouvait être fermée. Les rencontres avec ses co-détenus le déconcertent : un géant se bat avec ses infirmiers, leur crachant aux visages, Wilhelm se réveille dans la nuit, quelqu’un est en train de lui embrasser les pieds, un patient déambule dans sa chambre en hurlant. Il cajole les médecins pour obtenir sa sortie, mais seul le consul, lui dit-on, peut décider de sa libération. Le consul ne vint le voir qu’une seule fois, pendant ce mois d’internement et lui répond que tout cela est maintenant entre les mains des médecins qui devrons décidé s’il est sain d’esprit ou non… Voilà bien de quoi perdre complètement les pédales !

De meilleurs moments tout de même : Frau Becker, une visiteuse bénévole, lui rend visite tous les jours et les étudiants médecins jouent aux Échecs quotidiennement avec lui.

toon06

De manière inattendue, le voilà libéré. Il se précipite pour retrouver la jeune fille, cause de sa mauvaise fortune, mais sa logeuse lui apprend qu’elle a disparu. La brave femme conclut la mésaventure du pauvre Steinitz ainsi : « Je n’ai jamais cru que vous étiez fou. Un petit bain froid et chanter à sa fenêtre en hiver n’est tout de même pas une raison pour enfermer les gens dans un asile… ». Il y resta, cependant, du 9 février au 12 mars 1897.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *