Confiance en soi

Vladas Mikenas Alekhine
Vladas Mikenas et Alekhine et son chat siamois Échecs.

C’est un fait bien connu que si vous croyez vraiment à quelque chose, bien souvent cette chose peut devenir vraie. C’est ce qui arriva au Grand Maître Lituanien Vladas Mikenas. Il participait au fameux tournoi international de Kemeri en 1937, où se rencontraient les plus forts joueurs de l’époque tels qu’Alekhine, Reshevsky, Fine, Flohr, Keres, Tartakower et Stahlberg. Mikenas venait de terminer la troisième ronde, alignant trois défaites et dînait tristement au restaurant quand Alekine s’approcha, lui demandant s’il lui permettait de s’installer à sa table. Les voilà donc dînant de compagnie. Mais la conversation est un peu gênée. Mikenas sentait bien qu’Alekhine était encore affecté par la perte de son titre de Champion du monde. Tentant de réchauffer l’atmosphère, le jeune Mikenas offre à son aîné un verre de vodka, mais Alekhine refuse : « Je ne bois maintenant que du lait, j’ai perdu mon titre à cause de l’alcool et aujourd’hui je fais tout mon possible pour le regagner ». Mikenas, ému par la sincérité de l’ex-champion, lui souhaite de tout son cœur la réussite dans sa reconquête et la conversation, dégelée, se poursuit amicalement. En fin de soirée, Alekhine souhaite à son jeune ami la victoire pour le lendemain et s’éloigne. Mais se ravisant, il fait demi-tour et demande à Mikenas quel était son adversaire pour demain : « Je joue contre vous, Dr Alekhine ! » répondit-il en souriant.

Le lendemain, Alekhine s’installe, pâle devant son échiquier. Extrêmement superstitieux, il se souvient bien de la conversation de la veille et y voit un mauvais augure. Effectivement, la chance semble plutôt du côté du jeune joueur, car au 16e coup, il trouve une jolie séquence tactique. La trouverez-vous ?

Vladas Ivanovich MikenasMikenas2Alexander Alekhine

Les Noirs ont le trait. Que joueriez-vous ? Un clic pour la solution !

Pendant que Mikenas réfléchissait, Alekhine n’est décidément pas dans son assiette et particulièrement nerveux. Un serveur lui apporte une tasse de café. Alekhine le remerciant, à la place du sucre, y met son pion blanc (apparemment le lait ne lui vaut rien !), s’en aperçoit, pousse la tasse et la renverse. Mikenas ne comprend pas pourquoi Alekhine agit de manière si bizarre. « Il tient sans doute particulièrement à me battre », conclut-il enfin. Mais les Noirs semblent pouvoir entrer dans une finale ne laissant aucune chance aux Blancs. Qu’en pensez-vous ?

Vladas Ivanovich MikenasMikenas2Alexander Alekhine

Les Noirs ont le trait. Que joueriez-vous ? Un clic pour la solution !

Simple, mais magnifique combinaison ! Mikenas, malheureusement joue 23. .. Bxe4 ?? Alekhine , la mine réjouit, désignant la case c2 d’un index tremblant dit :
Jeune homme, vous venez de rater la chance de gagner immédiatement et de belle manière la partie en jouant Rc2 !
C’est vrai, répond simplement Mikenas, mais je vais tenter de vous battre une seconde fois !

Le plus étonnant, c’est qu’il y arriva. Voici la partie :

Alekhine était sans doute troublé dans cette partie, car L. Skinner et R. Verhoeven dans leur livre Alexander Alekhine’s Chess Games, 1902-1946 rapportent qu’il fit accidentellement deux coups successifs. En vertu des règles de la FIDE alors en vigueur, le directeur du tournoi, Hans Kmoch, ne pouvait exercer aucune pénalité. « Nos relations, conclut Mikenas, avaient toujours été bonnes, mais après cette partie, Alekhine ne me parla plus durant trois jours. Les grands joueurs n’aiment pas perdre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *