Antiquité

La plus ancienne partie conservée fut jouée entre Francesco di Castellvi et Narciso Vinyoles en 1475. Francesco était un seigneur de plusieurs villes de la région de Jativa et Valence en Espagne et servit comme conseiller à la cour Argonese du roi Ferdinand. Narciso, né entre 1442 et 1447, était homme politique et écrivain. En 1495, le roi Ferdinand le recommande pour le poste de Justica pénal. Son épouse, Brianda de Santangel, était la nièce du banquier qui finança le voyage de Christophe Colomb.

Francesco di Castellvi Narciso Vinyoles
Jan Cornelisz Vermeyen  – Von Sachsen jouant aux échecs avec un noble espagnol, 1549.

Francisco et Narciso sont les coauteurs d’un poème catalan Scachs d’Amor (Le Jeu d’Échecs de l’Amour). Ils furent dans les premiers à avoir montré comment jouer en concordance avec les règles modernes. Ce jeu fut conservé, non pas pour sa qualité, mais parce qu’il fut inséré dans ce texte. L’on voit que les deux joueurs ont une certaine expérience, mais sont encore imprégnés des anciennes règles (absence du roque, déplacement de la Reine de deux cases sur une diagonale 17…Qf6, comme il était conseillé au Moyen-Age). Certes, ils ne trouvent pas les meilleurs coups, surtout les Noirs, mais chacun de leurs coups à du sens. Il faut se rappeler aussi, avant de critiquer les deux amis, que les règles échiquéennes avaient beaucoup changées et qu’ils étaient un peu dans la situation où nous pourrions nous trouver, jouant les Échecs Capablanca, une variante du jeu, se jouant sur un échiquier 10 x 8. Cette plus ancienne partie débute également par la plus ancienne des ouvertures : la Défense scandinave.

Carlsen parle de ses superstitions

Carlsen

Magnus Carlsen, interviewé en décembre 2013 par la chaîne de télévision norvégienne VGTV, évoqua certaines de ses superstitions durant son match contre Vishy Anand : « Pas beaucoup de superstitions, sourit-il, par exemple, mon jeu au cours des deux premières parties ne fut pas fameux. Alors, j’ai jeté mon stylo que j’utilisais pour noter mes coups. Je pris un nouveau stylo et les choses allèrent mieux. Je ne pense pas qu’il y ait une connexion directe, mais cela influença certainement mon humeur.

Un autre exemple, on me demanda de dédicacer le livre Botvinnik – Tal match of 1960. Le jeune Tal de 23 ans gagna le match, mais une année plus tard, il perdit le titre et ne le récupéra plus. J’ai dû désappointer mon fan, le laissant sans mon autographe, mais signer ce livre durant le temps où je combattais pour le titre, cela aurait été pareil à signer mon propre arrêt de mort. Sans doute, je suis trop superstitieux, mais la plupart des joueurs d’Échecs sont ainsi. »

Érudition

Son petit chapeau, son gros ventre et sa canne, Achille Talon, archétype parfait du français moyen, petit bourgeois maladroit et sympathique, mais aussi grand héros et grand savant, parcours les pages de Pilote depuis 1963. Michel Greg, son créateur, lui façonna un petit monde à sa mesure : un pavillon coquet en banlieue, un voisin agaçant (Lefuneste), une fiancée snobe (Virgule de Guillemets), un père amateur de bière et aussi une brave maman qui lui bichonne de bons petits plats. Achille, après un discours savant (il connaît l’encyclopédie par cœur), tente d’initier Lefuneste aux Échecs…

Un clic pour agrandir et voir les planches en format PDF.

$_57

Confiance en soi

Vladas Mikenas Alekhine
Vladas Mikenas et Alekhine et son chat siamois Échecs.

C’est un fait bien connu que si vous croyez vraiment à quelque chose, bien souvent cette chose peut devenir vraie. C’est ce qui arriva au Grand Maître Lituanien Vladas Mikenas. Il participait au fameux tournoi international de Kemeri en 1937, où se rencontraient les plus forts joueurs de l’époque tels qu’Alekhine, Reshevsky, Fine, Flohr, Keres, Tartakower et Stahlberg. Mikenas venait de terminer la troisième ronde, alignant trois défaites et dînait tristement au restaurant quand Alekine s’approcha, lui demandant s’il lui permettait de s’installer à sa table. Les voilà donc dînant de compagnie. Mais la conversation est un peu gênée. Mikenas sentait bien qu’Alekhine était encore affecté par la perte de son titre de Champion du monde. Tentant de réchauffer l’atmosphère, le jeune Mikenas offre à son aîné un verre de vodka, mais Alekhine refuse : « Je ne bois maintenant que du lait, j’ai perdu mon titre à cause de l’alcool et aujourd’hui je fais tout mon possible pour le regagner ». Mikenas, ému par la sincérité de l’ex-champion, lui souhaite de tout son cœur la réussite dans sa reconquête et la conversation, dégelée, se poursuit amicalement. En fin de soirée, Alekhine souhaite à son jeune ami la victoire pour le lendemain et s’éloigne. Mais se ravisant, il fait demi-tour et demande à Mikenas quel était son adversaire pour demain : « Je joue contre vous, Dr Alekhine ! » répondit-il en souriant.

Le lendemain, Alekhine s’installe, pâle devant son échiquier. Extrêmement superstitieux, il se souvient bien de la conversation de la veille et y voit un mauvais augure. Effectivement, la chance semble plutôt du côté du jeune joueur, car au 16e coup, il trouve une jolie séquence tactique. La trouverez-vous ?

Vladas Ivanovich MikenasMikenas2Alexander Alekhine

Les Noirs ont le trait. Que joueriez-vous ? Un clic pour la solution !

Pendant que Mikenas réfléchissait, Alekhine n’est décidément pas dans son assiette et particulièrement nerveux. Un serveur lui apporte une tasse de café. Alekhine le remerciant, à la place du sucre, y met son pion blanc (apparemment le lait ne lui vaut rien !), s’en aperçoit, pousse la tasse et la renverse. Mikenas ne comprend pas pourquoi Alekhine agit de manière si bizarre. « Il tient sans doute particulièrement à me battre », conclut-il enfin. Mais les Noirs semblent pouvoir entrer dans une finale ne laissant aucune chance aux Blancs. Qu’en pensez-vous ?

Vladas Ivanovich MikenasMikenas2Alexander Alekhine

Les Noirs ont le trait. Que joueriez-vous ? Un clic pour la solution !

Simple, mais magnifique combinaison ! Mikenas, malheureusement joue 23. .. Bxe4 ?? Alekhine , la mine réjouit, désignant la case c2 d’un index tremblant dit :
Jeune homme, vous venez de rater la chance de gagner immédiatement et de belle manière la partie en jouant Rc2 !
C’est vrai, répond simplement Mikenas, mais je vais tenter de vous battre une seconde fois !

Le plus étonnant, c’est qu’il y arriva. Voici la partie :

Alekhine était sans doute troublé dans cette partie, car L. Skinner et R. Verhoeven dans leur livre Alexander Alekhine’s Chess Games, 1902-1946 rapportent qu’il fit accidentellement deux coups successifs. En vertu des règles de la FIDE alors en vigueur, le directeur du tournoi, Hans Kmoch, ne pouvait exercer aucune pénalité. « Nos relations, conclut Mikenas, avaient toujours été bonnes, mais après cette partie, Alekhine ne me parla plus durant trois jours. Les grands joueurs n’aiment pas perdre ».

Le jeu de Dieppe

La route de l’ivoire passait par Dieppe. Il fut un temps où cette ville de marin compta jusqu’à 300 tailleurs d´ivoire. Le port de Dieppe était autrefois un port de renommée internationale, port de commerce avec les colonies africaines de la France où l’on ramenait de la défense d’éléphant venue d’Afrique, laquelle faisait l’objet de présents de luxe. Les marins en ramenèrent de telles quantités (ils réussirent même à ramener un éléphant vivant sur leur bateau) que l’on se mit à sculpter l’ivoire plutôt que l’os ou le bois.

Dieppe1_1
Les sculpteurs s’inspiraient du royaume de France…

Le style dieppois est caractérisé par des pièces en ivoire, en buste monté sur un socle tourné, les tours habituellement cylindriques aux pierres et créneaux ciselés et les cavaliers sont des chevaux montés par des cavaliers.

DI5
… ou des royaumes africains d’où provenait l’ivoire.

C’est au début du XVIIe siècle que la taille de l’ivoire prend son essor : objet religieux, nécessaires de toilette et quelques rares jeux d’Échecs. Mais au début du XVIIIe siècle, le jeu est en vogue et les tailleurs dieppois sculpteront, dans un style caractéristique, jusqu’à la fin du XIXe, de superbes jeux en ivoire, jusqu’à ce que des matériaux plus modernes, la bakélite entre autres, le remplacent.

Chat

alekhineeuwe
La 24e partie : Euwe , à gauche, écoute attentivement Alekhine expliquant qu’il avait une position gagnante.

L’affection d’Alekhine pour les chats n’était pas absolue et pouvait se transformer en terreur dans d’autres circonstances. Se rendant à la 21e partie de son premier match de 1935 contre Max Euwe, il lui arriva cette mésaventure. Notre champion séjournait à l’Hôtel Carlton d’Amsterdam. Comme tous les jours, un chauffeur venait le prendre pour l’emmener à Ermelo où se disputait le match. Pendant le voyage, la voiture croisa à deux reprises le chemin d’un minet et Alekhine, pris d’une soudaine attaque de panique, insiste pour terminer le trajet en train et se fait conduit à la gare la plus proche. Alekhine arriva au rendez-vous décomposé et, selon certains, en état d’ébriété avancé. La victoire d’Euwe, comme on pouvait sans douter, fut claire et tranchante.

Louis Vuitton

vuitton
Publicité louis Vuitton, 1943.

Toujours cette image quelque peu agaçante et véhiculée par la pub, de notre jeu comme réservé à une élite bourgeoise et riche. Ci-dessous, une autre publicité Vuitton faisant référence à De l’Autre Côté du Miroir de Lewis Carroll.

vuitton_comtes_05

Dans cette courte vidéo, réalisée par Ill Studio, la maison Louis Vuitton nous invite à faire un voyage surréaliste à travers une boîte de jeu. Échecs, poker, roulette, jeux de dès, jeux de cartes, Black Jack, domino…

Les échecs ne sont pas un jeu mais une maladie

malade
Carte postale datant de 1936 provenant peut-être de Roumanie.

Voilà, pour le moins, une utilisation du jeu étrange. Six jeunes hommes très élégants en visite à l’hôpital s’intéressent plus à la partie qu’a leur ami malade dans son drôle de pyjama (en costume également). Cela sent la pose bien sûr. Une photo souvenir d’étudiant en médecine ? Mais que diable vient faire là cet échiquier ? « Vous êtes malades et vous venez aux Échecs et vous oubliez tout… » écrit Vlastimil Hort.

« Les Échecs ne sont pas un jeu mais une maladie » est une citation de Sir Henry Campbell-Bannerman.