Les Blondes

blondes

Les Blondes, série de bandes dessinées humoristiques de Gaby & Dzack, répertorient la majorité des blagues connues sur les femmes blondes et leur prétendue stupidité. Stéréotypes et fantasmes se mêlent pour aboutir à la conclusion suivante : les hommes préfèrent les blondes !

Lesblondes
Un clic pour agrandir et voir la planche en format PDF.

Depuis 2011, une équipe de joueuses blondes, maîtres et grands maîtres, est opposée à une équipe de brunes du même niveau chaque 1er avril au restaurant Carlson de Moscou. Sur l’ensemble des matches organisés depuis 2011, les Blondes prennent la tête 2,5-1,5 (2 victoires, 1 match nul et 1 défaite). De quoi faire taire les affreux machos qui colportent ces blagues sur la prétendue faiblesse du quotient intellectuel de nos charmantes blondes.

La série fut adaptée en dessin animé en 2007 par Yann Bonnin :

Popularité

popularite capablanca

Cette petite anecdote est contée par Heinrich Fraenkel  :

« Je me souviens d’avoir vu de nombreuses fois Capablanca au tournoi de Margate en 1935 et à une occasion, je fis cette expérience quelque peu embarrassante de voir un petit peu moins d’une centaine de personnes se pressant autour de ma table, tous le dos tourné à mon échiquier. Et je ne pouvais guère les blâmer, car à trois mètres de là, à l’échiquier suivant, Capablanca jouait contre Reshevsky. J’aurai, moi aussi, préféré regarder leur partie plutôt que de jouer la mienne !

La popularité de Capablanca auprès de ses fans était immense. Au cours d’un tournoi, je parlais à Sir George Thomas quand un petit garçon lui tendit son carnet d’autographes, que Sir George gentiment signa. Le garçon me tend alors le carnet et je m’étonne :
Mon garçon, tu n’as aucune raison de me demander un autographe.
Oh si, Monsieur ! s’entête-t-il.
Mais pourquoi diable ? Cela ne vaut rien pour ta collection !
Je vous ai vu parler à Capablanca ! s’exclame alors le gamin rayonnant. »

La partie Reshevsky – Capablanca  :

Cucurbitaceae

Yulia Snigir

Aux Échecs, vous devez être aussi cool qu’un concombre.

Yuliya Victorovna Snigir

Née à Tula en Russie, Yulia Snigir, à l’âge de 15 était déjà candidate au titre de Maître Internationnal, mais prit la décision de poursuivre ses études à Moscou. Elle enseignait l’anglais dans une école élémentaire, quand un de ses amis montra sa photo à l’une des plus prestigieuses agences de modèles moscovites. Tout en poursuivant ses études, elle commence alors une carrière de top mode à succès.