Checkmate

CheckmateLa métaphore protéiforme du jeu d’Échecs se démultiplie à l’infini sous forme d’analogies diverses avec le monde politique, militaire, cosmologique, érotique, dramatique, et cetera. Bien que de manière moins importante que dans la littérature ou les Beaux Arts, la musique, elle aussi utilise le thème échiquéen. Voici le ballet Checkmate du compositeur anglais Arthur Bliss (1891 – 1975).

Les pièces du jeu s’animent. Le Cavalier Rouge s’éprend de la Reine Noire. Dans le prologue, deux joueurs sont prêts à en découdre. Le joueur en or représente l’amour et choisit le côté rouge. Le joueur en noir représente la mort et prendra le camp noir. Le ballet  commence quand les pions s’installent sur l’échiquier, puis les Cavaliers Rouges, suivis bientôt de la cavalerie noire qui se prosterne, craintive, devant leur suzeraine. La Reine Noire fait des avances au Chevalier Rouge et lui jette une rose. Il devient éperdument amoureux de la Reine Noire.

Checkmate d’Arthur Bliss, Sadler’Wells Royal Ballet et Orchestra,  sous le direction de Peter Wrigth  et Barry Wordsworth.