Échecs et Folie

Carlos Torre Repetto – Naturisme

2951t

Maman…
Oui ? Ma chérie répond la dame.
L’autobus descend la Cinquième Avenue de New-York, un après-midi ensoleillé de 1911, esquivant les camions et les voitures. Mère et fille, assise à l’étage supérieur en plein air, se rendent à l’ancien carrousel de Central Park.
Maman, regarde cet homme ! dit l’enfant en désignant la rue.
Quelle horreur ! s’effraie la maman couvrant rapidement les yeux de la petite.

Entouré de passants choqués, un homme court, complètement nu, couvert, si l’on peut dire, que de ces seules lunettes à monture ronde. Son nom est Carlos Torre Repetto (1905 – 1978), grand maître mexicain, qui a laissé son nom à une ouverture, l’attaque Torre. Ce n’était pas la première fois que cet extraordinaire joueur s’exhibait en tenue d’Adam. Quelques années auparavant, pendant un tournoi en Pologne, il perdit les pédales et se mit à courir à poil dans la salle en criant : « Au feu, au feu ! » fuyant un incendie imaginaire. Tout au long de sa vie, Torre se comporta de manière excentrique, se nourrissant exclusivement de sucreries, ne dormant que deux heures par nuit. Méprisant les femmes, il invitait ses amis à les fuir, « elles coûtent trop cher », concluait-il sans un certain bon sens. En 1927, une hospitalisation de trois années mit fin à sa carrière prometteuse.

Carlos Torre Repetto

Une Partie d’Échecs

Michael Parkes
Michael Parkes – Une Partie d’Échecs, 1941.

Michael Parkes, artiste américain vivant en Espagne, crée un monde magique plein de fantaisie onirique : femmes ailées et créatures fabuleuses mêlées à un bestiaire réaliste ou imaginaire, références aux mythologies et aux philosophies orientales. Cependant, l’auteur minimise l’importance de ces éléments. « Il n’est pas important de comprendre ou d’accepter les symboles que j’utilise, dit-il. Ce que je veux, c’est offrir mon art afin que chacun apprécie et remplisse sa vie de la beauté de la couleur et de la lumière ».