John Wayne, un joueur imbattable !

« Wayne fut rapidement convaincu que seul Jimmy Grant pouvait écrire ses dialogues, écrit Ronald L. Davis. Les deux hommes devinrent des collaborateurs et amis très proches jusqu’à la mort de Grant en 1966. Grant n’était pas avare de courbettes au Duke et possédait l’art de dire à la star ce qu’elle voulait entendre. Un observateur de longue date a soutenu que Grant a joué aux Échecs avec Wayne pendant plus de vingt ans et n’a jamais réussi à gagner un match ».

wayne
John Wayne, Gail Russell et James Edward Grant discutent de la prochaine scène de Ange et le mauvais garçon (Angel and the Badman).

« C’était un très bon joueur d’Échecs, raconte Robet Mitchum. À une occasion, j’observais une partie, je ne sais plus avec qui il jouait, mais il chiquait du tabac à l’époque. Il y avait donc là un crachoir, mais il était si impliqué dans le jeu qu’il se tourne de côté sans quitter l’échiquier des yeux et crache. J’ai dit :
Oh merde, Duke ! brisant sa concentration.
Qu’est-ce que c’est votre problème, M’sieur ?
Bon Dieu, Duke , vous avez craché sur ma botte !
Eh bien, il pensait que c’était sans doute la chose la plus drôle qui soit jamais arrivé. Et il riait, riait. Je ne sais pas ce qu’il a trouvé si plein d’humour, mais il riait, riait… »

John Wayne Robet Mitchum
John Wayne et Robet Mitchum dans El Dorado réalisée par Howard Hawks.

Wayne n’était sans doute pas un fort joueur comme pouvait l’être Humprey Bogart. Joueur moyen, mais passionné, proposant une partie sur les tournages dès qu’il en avait l’occasion et demandant aux metteurs en scène d’insérer une petite scène clin d’œil à sa passion. Le voici dans Le Grand McLintock d’Andrew V. McLaglen, perturbé dans sa partie par sa jolie et tempétueuse épouse Maureen O’Hara. J’ai tenté de reproduire la partie sans succès. Il semble d’ailleurs que la configuration de l’échiquier change bizarrement : en début de partie, les pions du K noir sont sur la sixième rangée et à la fin, placés de manière plus orthodoxe, formant le bouclier sur la septième.

Un scène de McLintock.

Mauvais coup ! dit Jack Kruschen en quittant le saloon.
Quoi ?
Un problème (Chess probleme). Ta reine est en danger !
Après l’algarade avec la rouquine incendiaire, McLintock jouera toute la nuit, épuisant son adversaire, heureux de céder sa place au jeune cow-boy.
Tu joues bien ? demande Wayne
Pas trop mal, répond le jeune homme.
Tu sais, je suis mauvais perdant ! Allez joue…

Désavantage

Désavantage
Emanuel Lasker en 1905.

Celui qui a un léger désavantage joue avec plus d’attention, d’inventivité et de hardiesse que son antagoniste qui, à l’inverse, prend le jeu plus à la légère. Ainsi, un léger désavantage s’est très souvent vu converti en un bon et solide avantage.

Emanuel Lasker