Fanfare de cavalerie

Je donne l’ordre, et je vois sur-le-champ
De mon roi fier, mais immobile encore,
Le cavalier s’élancer de mon rang
Pour s’opposer à la marche du Maure

« Ces vers me rappellent une anecdote, rapporte l’Abbé Jean-Joseph-Thérèse Roman de Couvet, qui fut un adversaire de Jean-Jacques Rousseau, dans Les échecs : poème en quatre chants, dont je ne garantis pas l’authenticité, mais qui mérite ici une place par sa gaîté et par son rapport avec le jeu d’Échecs :

Le cardinal Duperron, jouant aux Échecs avec Henri IV, lâcha un pet au moment où il plaçait un cavalier. Il se fit pardonner cette liberté au monarque qui en rit beaucoup :

Au moins, Sire, ce cavalier n’est pas parti sans trompette ».

cardinal Duperron
Le cardinal du Perron, célèbre poète proche de Ronsard et à qui le roi Henri IV attribuera sa conversion.

Billets de Nécessité

La monnaie de nécessité appelée Notgeld en allemand fit son apparition au début de la Première Guerre mondiale et fut émise jusqu’en 1924, pendant cette période d’inflation galopante que connut l’Allemagne de l’entre-deux-guerres. Devant la hausse de l’activité causée par la guerre, l’État allemand n’arrivait plus à suivre la demande accrue de petite monnaie. Les villes se mirent alors à imprimer leurs propres monnaies non officielles, en complément de l’argent émis par l’État. La majorité de ces billets étaient imprimés sur papier, mais divers autres supports, comme la céramique, le bois, le tissu, des feuilles de métal, le carton et le cuir étaient utilisés.

notgeld
Un Notgeld de 40 pfenniges,  découpable en petits billets de 10.

Le recto de ces billets arborait des thèmes divers, allant du folklore romantique à la satire sociale la plus grotesque, les illustrations (personnages,  édifices et scènes historiques) dressant un portrait culturel évocateur de l’Allemagne de cette période. Les vieux mythes germaniques y côtoient le réalisme industriel, voire une frivole inspiration années folles.

notgeld notgeld notgeld
notgeld notgeld notgeld
Un clic sur l’image pour agrandir.