D4-mocratie

Migel Najdorf
Le bon rire de Migel Najdorf

Najdorf avait un caractère aimable et enjoué et son sens de l’humour prouve qu’il savait ne pas se prendre au sérieux, ce que l’on souhaiterait rencontrer plus souvent chez nos Grand-Maîtres d’aujourd’hui. Voici une des anecdotes les plus connues, relatée par sa fille Liliana Najdorf dans son livre Najdorf par Najdorf :

« En 1954, au Théatre Cervantes, se déroulait un match Argentine – Union Soviètique. J’étais au premier échiquier avec les Blancs, raconte Don Migel, opposé à David Bronstein, le champion de ce pays et neveu de Trotsky. Perón était présent et après l’exécution des hymnes nationaux, le Général s’approcha jusqu’à la table pour effectuer symboliquement le premier coup e4. C’était un coup qui favorisait la stratégie de mon adversaire que je connaissais bien. Applaudissement du Général qui se retire. Je m’assieds, replace le pion à sa case initiale et fais le coup correct d4. Le Soviétique est atterré : « Comment est-ce possible que vous contredisiez votre Président ? » Il ne comprenait pas comment je pouvais, plus tard, justifier le fait d’avoir refusé le coup de Perón. Je le tranquillisai en l’assurant que nous étions en démocratie. Quand je rencontrai Perón et Isabelita à Málaga, je lui racontai cette anecdote et il en rit beaucoup. « Vous avez bien fait ! » dit-il en me félicitant pour mon attitude ».

peron
Le Président Perón et Najdorf

Certainement, le Président Perón fut présent à la 4e ronde, le 24 mars 1954, et effectua le coup initial sur l’échiquier de Najdor, mais sur la photo El Presidente semblerait avancer le pion Dame. En tout cas, voici la partie :

Affaire de Cœur

coeur échecs

N’avez-vous jamais remarqué comment le joueur d’Échecs retient longuement dans sa main la figurine qu’il a retirée de l’échiquier, considérant la case où il la reposera hors de portée de l’ennemi ? Faites ainsi avec votre cœur, et gardez-vous de la placer dans un lieu de malheur.

Maurice de Reval