Abandon de poste

tolstoi
Lev Nikolaïevitch Tolstoï jouant aux Échecs avec son gendre M . Sukhotin en 1908.

Tolstoï était un passionné du jeu des Rois. Aylmer Maude, son biographe, écrit dans le Times Weekly en date du 3 mai 1907 : « Quand Tolstoï était jeune officier dans le Caucase, il devait recevoir la croix de Saint-Georges pour sa bravoure, mais absorbé dans une partie d’Échecs, il oublie ses devoirs militaires la veille du jour où il devait recevoir sa distinction. Par malchance, le commandant de division visite le poste qu’il avait en charge et, ne le trouvant pas à son poste, le met aux arrêts. Le lendemain, quand les braves sont décorés, Tolstoï est en cellule et rate l’honneur tant convoité ».

Voici l’un des quatre parties du comte Tolstoï  jouée contre Fritz Kuhler, un amateur allemand :

Classe et distinction

Armagnac

Une fois de plus notre jeu est associé à l’alcool et au tabac. Attention ! Point de gros rouge qui tache, ni de la plébéienne Gauloise : buveur d’Armagnac et fumeur de pipe qu’il est notre joueur d’Échecs. Pochtron et tabagique soit, mais avec classe et distinction. Le jeu reste encore attaché à des valeurs bourgeoises, alors que nous savons tous que dans nos clubs se côtoie amicalement toute classe sociale.

Ballade des Échecs

Lucie Delarue-Mardrus
Lucie Delarue-Mardrus (1890-1945)

Lucie Delarue-Mardrus, poétesse, romancière, sculptrice et dessinatrice, journaliste et historienne française. Pour la petite histoire, ses parents refusèrent sa main au Capitaine Philippe Pétain.

Sur L’échiquier, luisant miroir,
Quand brillent, rangés en bataille,
Deux peuples : l’un du plus beau noir,
L’autre, du plus beau jaune paille,
Quand, redressant leur haute taille,
La Reine et le Roi, couple fat,
Se rengorgent comme à Versailles,
Qui va donner l’échec et mat?

Chacun fera tout son devoir
Comme il pourra, vaille que vaille,
Le Roi tremble en son étouffoir,
Fous, chevaux, tours et valetaille,
Tout le monde bientôt s’égaille ;
L’action s’engage : à Dieu vat!
L’un se défend et l’autre l’assaille.
Qui va donner l’échec et mat?

Les Pions vont à l’abattoir,
Le cheval rue et le fou raille,
Tandis que, lente à s’émouvoir,
La Tour, ronde comme futaille,
Attend, pour lancer sa mitraille,
L’occasion d’un exeat.
– Echec au Roi! – Bien. Qu’il s’en aille!
Qui va donner l’échec et mat?

ENVOI

Reine qui jamais ne défaille
Plus puissante que Goliath,
Crains le Pion, humble canaille,
Qui va donner l’échec et mat.

Perversité échiquéene

Robert Fischer

Le moment que je préfère le plus dans une rencontre, c’est celui où je sens que la personnalité de l’adversaire se brise.

Robert Fischer

Cette grande agressivité, Bobby la partage avec sans doute bien d’autres joueurs . « Les Échecs ne sont pas pour les âmes timides » disait Steinitz et une combativité positive est nécessaire. Mais cette agressivité, Bobby l’exerce avec une coloration sadique et quelque peu perverse, créant ainsi une relation malsaine avec ses adversaires. Il doit non seulement les vaincre, mais les détruire, les humilier ; « il faut détruire l’égo de l’autre… j’aime les voir se tortiller », avouait-il.