Échecs et alcool

À voir les grands nombres de publicités vantant les mérites de l’alcool et le nombre de grands maîtres qui possédaient une bonne descente, nous pourrions nous poser la question : faut-il être aviné pour bien jouer aux Échecs ?

Échecs alcool

Karpov, lors d’une interview raconte cette plaisante anecdote sur Najdorf. À cette question du journaliste :

Les artistes sous l’effet de l’alcool peuvent créer des œuvres admirables. En est-il de même aux Échecs ?

Karpov, qui ne boit ni ne fume, répond :

Avec de l’alcool dans le corps, on ne peut que jouer plus mal. Échecs et alcool ne vont pas ensemble.

Mais aussitôt, Karpov se ravise et souriant raconte l’anecdote : « Cependant, il y a quelque exception. Najdorf, le joueur polonais argentin qui participait à un long tournoi, aperçut, effondré dans un fauteuil de l’hôtel, son adversaire de l’après-midi. Désirant l’encourager, il l’invite à prendre un verre.

Le joueur déprimé accepta enchanté. Après le premier verre vinrent un second, un troisième et bien d’autres tous payés par Don Miguel. Son invité avait ressuscité, mais Najdorf se sentait un peu coupable, pensant que son adversaire bien imbibé jouera bien mal la partie de l’après-midi. Il n’en fut pas ainsi. Le ressuscité, avec de manifestes signes d’ébriété, fit une partie formidable et balaya Najdorf de l’échiquier. Étonnamment peu de temps avant la mise à mort, l’ébrieux adversaire lui propose nul.

Tu me proposes nul ? s’étonne Najdorf, je ne comprends pas, tu as totalement gagné !

C’est une manière de te remercier pour les verres que tu m’as offerts. Je suis complètement fauché et quand je ne picole pas, je joue comme un goret. C’est seulement après le troisième whisky que je commence à voir clair ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *