Les femmes ou les Échecs ?

capablancaCapablanca, comme il le recommanda à son fils, ne buvait ni ne fumait, mais c’était un noctambule impénitent, aimant la bonne compagnie, féminine en particulier. Il fut considéré comme l’un des hommes les plus sexy du monde, avec des stars de cinéma comme Rudolph Valentino. Il a justifié la plupart de ses défaites avec l’excuse qu’il avait été absorbé par une femme. Quand il perdit contre Tarrasch à Saint-Pétersbourg, en 1914, on a supposé qu’il était passé directement du lit de l’épouse du grand-duc à l’échiquier. La faute de sa défaite contre Alekhine en 1927 revient à de trop nombreuses et jolies ballerines avec lesquelles il s’était diverti.

Capablanca, le latin lover, était bien connu tant pour ses victoires échiquéennes que sur l’oreiller. Et aussi pour ses coups de canif à son contrat de mariage. Au cours du tournoi de Karlsbad de 1929, fier d’une nouvelle conquête, il arrive au tournoi avec la jeune femme, l’invitant à assister à la partie. Malheureusement pour notre Don Juan cubain, son épouse voulant lui faire une petite surprise débarque tout droit d’Amérique ! Apercevant sa régulière, notre chaud latin se trouble, gaffe au neuvième coup, perd une pièce puis la partie contre Saemisch ! Moralité : les femmes ou les Échecs, il faut choisir !

La psychologie d’Emanuel Lasker

Emanuel Lasker
Dr. Emanuel Lasker et son frère en 1910. Photogravure de Franck Eugene.

Sur l’échiquier, le mensonge et l’hypocrisie ne survivent pas longtemps.

Emanuel Lasker

Pour Emanuel Lasker, une partie d’Échecs était un combat entre deux hommes, avant d’être une discipline intellectuelle, artistique ou scientifique et il fut l’un des tout premiers à en considérer l’aspect psychologique. Par exemple, il jouait tous les débuts afin de s’adapter au style de ses adversaires et son jeu s’affirmait en milieu de partie et en finale. « Lasker ne joue pas objectivement le meilleur coup, disait de lui Richard Réti, mais celui qui crée le plus de problèmes à ses adversaires, les entraînant dans des sentiers qu’ils ne connaissent pas très bien. À cause de cela, ils se voient contraints d’adopter un style qui ne leur est pas familier. Ils doivent surmonter des difficultés spécialement conçues pour eux. Par conséquent, ils dépensent beaucoup de temps dans la première phase du jeu et doivent prendre des décisions rapides lorsque la position devient difficile. C’est à ce moment-là que Lasker investit toute son énergie. Il est alors trop tard pour l’autre, qui s’effondre d’abord psychologiquement, puis sur tous les plans ».