Poison échiquéen

échecs wells

Il n’y a pas de remords comme les remords aux Échecs. Ce sont une malédiction pour un homme. Il n’y a pas de bonheur aux Échecs. La passion pour jouer aux Échecs est l’une des plus inexplicables dans ce monde.

Herbert George Wells

En 1897, Herbert George Wells publie un essai  intitulé Certaines questions personnelles (Certain Personal Matters), où dans un des articles, il livre sa vision peu aimable des Échecs. En fait, comme beaucoup de joueurs, il entretenait avec ce jeu une relation ambivalente de haine et de passion mêlées. « Si vous voulez détruire un homme, apprenez lui les Échecs. Vous pourrez l’annihiler plus sûrement qu’avec le poison », disait-il encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *