L’inculte universel

bobby fischer
Bobby dans une librairie posant pour le photographe

On raconte que, en ce qui concerne du moins la littérature échiquéenne, Bobby Fischer avait une capacité de lecture phénoménale. On le voyait feuilleter très rapidement un bouquin en l’entendant marmonner :  « Ça, c’est pas mal ! Pas terrible ! » Il posait sans doute pour le photographe, car on ne lui connait aucun intérêt pour la littérature. Il ne lisait que Tarzan, Playboy et… des revues d’Échecs et se disait inculte universel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *