Érotisme Échiquéen

Valves de boîtes à miroir Paris (vers 1300, Louvre)
Valves de boîtes à miroir Paris (vers 1300, Louvre) illustrant soit un épisode issu du roman de Tristan et Yseult, soit le passage du roman de Huon de Bordeaux où Huon joue sa vie contre les faveurs de sa belle adversaire.

Une allégorie de l’amour courtois : « La plupart des valves de miroirs gothiques évoquent des couples d’amoureux devisant ou chassant. Le motif du jeu d’Échecs s’inscrit dans cette vogue. Le thème du jeu, jeu intellectuel stratégique, symbolise l’amour courtois régi lui aussi par des lois précises. Il s’oppose en cela au jeu de dés, symbole de l’amour brutal et débauché. La couronne tenue par la servante, allusion au couronnement des vœux de l’amant, évoque l’union charnelle future des deux amoureux ».  Marie-Cécile Bardoz

« L’affrontement des joueurs est une métaphore à peine voilée de l’affrontement des amants lors de la conquête amoureuse : la dame résiste, le chevalier tente encore et encore de la séduire… Michael Camille propose une interprétation érotique de cette image. Selon lui, la position de la jambe gauche du joueur et le poteau central de la tente, qu’il enserre d’une main, sont des allusions phalliques, tandis que les plis du vêtement de la dame dessinent un sexe féminin. Ceci serait renforcé par les attributs portés par les deux spectateurs : un oiseau de proie pour l’homme, une couronne pour la femme. Si cette lecture de la scène souligne le caractère métaphorique de la partie d’échecs, son maniement demeure délicat : était-elle perceptible au XIVe siècle ? Le cas échéant, est-elle ici volontaire ou inconsciente  ? », écrit Nicolas Coutant.

Lire la suite…

Aventure en 64 cases


Pierre-Mac-Orlan

Il y a plus d’aventures sur un échiquier que sur toutes les mers du monde.

Pierre Mac Orlan

L’espace apparemment clos de l’échiquier est une porte ouverte sur l’infini : l’infini des possibilités combinatoires, mais aussi sur l’infini de notre imaginaire, l’échiquier devenant spectacle séducteur et fascinant de personnages représentés et incarnés, fous, cavaliers, reines… marionnettes nostalgiques d’un passé révolu.